Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Vie des partis politiques : L’He Essou quitte les Fcbe et rejoint Talon

JPEG - 377.6 ko

L’He Essou de la 7e législature a rompu le week-end dernier, sa collaboration avec l’alliance des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) afin de s’engager résolument aux côtés du chef de l’Etat, pour faire de son mandat une réussite. A l’occasion de cette déclaration de rupture avec les Cauris et de soutien au chantre du Nouveau départ, l’He Essou avait à ses côtés le maire d’Aplahoué, Casimir Sossou, les députés Dakpè Sossou et Lucien Houngnibo, des dignitaires et têtes couronnées, et de nombreux acteurs de la vie économique et sociopolitique de sa circonscription électorale. « Ma profonde conviction est que nous venons de prendre la meilleure décision dans l’intérêt de notre parti et de nos populations. Certaines personnes parleront de trahison, mais je voudrais leur dire que j’ai été élu député pour la première fois, non pas sur la liste Fcbe mais plutôt sur celle de l’alliance Cauris 2. Mon élection, je la dois aux populations d’Aplahoué, de Djakotomey et Klouékanmey », a déclaré l’He Essou. Il renouvelle donc ses sentiments de reconnaissance à ses mandants et promet d’être leur défenseur partout où besoin sera. Du soutien donc pour Patrice Talon, et la saignée continue chez les Cauris. En effet, l’He Essou explique que Fcbe était une alliance de partis mais elle fonctionnait comme un parti Etat. A l’en croire, ‘’aucun des organes de décision ne délibérait. Les grandes options politiques étaient prises de manière unilatérale, et le cas le plus édifiant est celui du choix du candidat à l’élection présidentielle de 2016’’. Au dire de l’He Essou, c’est bien cette pratique qui continue, même après le départ du pouvoir du leader charismatique des Cauris, qui a conduit un collectif de 15 députés à suspendre leurs activités au sein de l’alliance car ils vivaient cette situation comme un mépris. « Mon appartenance à l’alliance Fcbe remonte en 2009 où nous y avons adhéré avec le Mouvement d’éveil et de renaissance ‘’Mer-Mifon’’ que je présidais. Pourtant, le député Fcbe que j’étais, était constamment combattu sur le terrain, discriminé dans les avantages qu’on était en droit de prendre et contrecarré dans mes initiatives d’actions pour le mieux-être de mes militants », a-t-il déclaré. Pour l’He Essou, quand on fait la politique, c’est pour changer la cité et surtout les conditions de vie du plus grand nombre. « A ce titre, nous entendons participer à la gestion de l’Etat et mobiliser nos populations pour leur meilleure adhésion à la mise en œuvre du Programme d’actions du gouvernement. Le Couffo doit quitter sa position de département le plus pauvre et arpenter le chemin du développement. C’est notre responsabilité à tous, car nous le déciderons ensemble maintenant par notre adhésion massive à soutenir le gouvernement du président Patrice Talon », a-t-il conclu.

Les raisons de la démission de Pascal Essou
Le député Pascal Essou, élu sur la liste Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dans la 11ème circonscription électorale lors des élections législatives de 2015 vient de démissionner de cette alliance de mouvements et de partis politiques. C’était le vendredi dernier à Aplahoué en présence du député Dakpè Sossou et du Maire de la localité, Casimir Sossou. Mais cette démission est loin d’être un fait du hasard. En effet, il y a quelques mois, plusieurs députés à l’Assemblée nationale créaient le Bloc de la majorité parlementaire (Bmp). Composé des députés élus sur les listes Prd, Union fait la Nation, Alliance Soleil, et les Forces cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), le Bmp se veut un parti de la mouvance présidentielle aux côtés du président Patrice Talon. C’est du moins ce qu’a laissé entendre le député Mathurin Coffi Nago dans la déclaration de création de ce creuset politique à la tribune de l’Assemblée nationale. « …Nous, Députés signataires de cette déclaration fondatrice, avons décidé en toute liberté et en toute conscience, de former le Bloc de la Majorité Parlementaire (Bmp) qui a pour vocation de soutenir résolument le Gouvernement du Président Patrice Talon dans la mise en œuvre de sa politique de développement au service et au bénéfice du peuple béninois. Le Bloc de la Majorité Parlementaire (Bmp) reste ouvert à tout député partageant les mêmes idéaux, la même vision et soucieux d’œuvrer pour la réussite du Président Patrice Talon et de son Gouvernement… », avait déclaré Mathurin Coffi Nago au nom de ses pairs. Mais depuis quelques jours, les Forces cauris pour un Bénin (Fcbe) ne manquent aucune occasion pour critiquer ouvertement les actions du gouvernement. En clair, il était devenu impératif pour les députés Fcbe membres du Bmp de se démarquer de cette coalition de partis politiques. En quittant donc les Fcbe, le député Pascal Essou n’a fait que réaffirmer de fort belle manière son appartenance au Bmp. Le député André Okounlola l’a fait il y a quelques semaines avec son parti politique. Sans aucun doute donc, d’autres députés membres du Bmp et qui n’ont pas encore démissionné des Fcbe devront le faire dans les prochains jours. C’est peut-être ce qu’attendent les autres membres du Bmp pour entamer leur descente sur le terrain auprès des populations ; afin d’expliquer à celles-ci, les raisons pour lesquelles ils ont décidé de se mettre ensemble au sein du Bmp pour soutenir les actions du président Patrice Talon.

28-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3090

Législatives d’avril 2019 :La Céna dévoile les modalités de (...)
19-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A 72 heures du démarrage de la réception des dossiers de candidature à l’élection du 28 avril 2019, la Commission (...)  

Ecouté hier par la brigade financière : Modeste Toboula convoqué (...)
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Il a passé toute la journée d’hier à la brigade financière. Ecouté dans une affaire domaniale, le préfet du Littoral a (...)  

Assemblée nationale : La deuxième session extraordinaire renvoyée (...)
19-02-2019, Karim O. ANONRIN
La deuxième session extraordinaire de l’Assemblée nationale convoquée pour hier 18 février 2019 n’a pu être ouverte (...)  

Promotion de la bonne gouvernance : Social Watch engagée pour la (...)
19-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Dans son combat pour la promotion de la bonne gouvernance, Social Watch Bénin se fixe un autre défi à relever : celui (...)