13ème session de formation des Magistrats : Victor D. Adossou invite à œuvrer pour l’Etat de droit en Afrique

Karim O. ANONRIN 9 novembre 2021

Les assises de la 13ème session de formation des Magistrats des juridictions de l’Association Africaine des Hautes Juridictions Francophones (AA-HJF) se tiennent depuis ce lundi 8 novembre 2021 à l’Ecole régionale supérieure de la magistrature (ERSUMA) à Porto-Novo. La cérémonie de lancement des activités de ladite session de formation a connu la présence du Garde des sceaux, Ministre de la justice et de la législation du Bénin, Sévérin Quenum, représentant le Chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, de l’ancien président de la Cour suprême du Bénin, Abraham Zinzindohoué, du président du Conseil constitutionnel du Burkina Faso, Kassoum Kambou, de la présidente de la Cour des comptes du Bénin, Ismath Bio Tchané Mamadou, du Directeur général de l’ERSUMA, Mayatta NDiaye Mbaye, du représentant de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), des représentants du Conseil d’Etat de France et de la Cour de cassation de France et de plusieurs Magistrats venus de plusieurs pays francophones d’Afrique. Plusieurs allocutions ont meublé cette cérémonie. Il s’agit notamment de celle du président de la Cour suprême du Bénin, Victor Dassi Adossou, président du bureau du Conseil d’administration de l’AA-HJF. « Les présentes assises se tiennent à un moment où le processus démocratique que nous pensions irréversible connaît ça et là en Afrique, des tentatives de remise en cause de plus en plus persistantes. Cette situation des plus inquiétantes interpelle aussi l’office du juge. Elle nous interpelle d’autant plus que dans l’édification et l’enracinement de l’Etat de droit, les soupapes de sécurité, les garanties offertes par les constitutions de nos pays issues du renouveau constitutionnel des années 1990 sont essentiellement juridictionnelles. Sommes-nous toujours dans notre mission de garants ou de piliers de l’Etat de droit ? Nous interroger nous-mêmes dans notre office, c’est déjà prendre conscience de l’immense responsabilité des hautes juridictions dans l’enracinement et la consolidation de l’Etat de droit dans nos pays respectifs », a déclaré le président Victor Dassi Adossou.
Le président du bureau du Conseil d’administration de l’AA-HJF, Victor Dassi Adossou, avant de clore son discours, n’a pas manqué de remercier l’OIF et le gouvernement béninois pour leurs appuis à la tenue de cette session de formation. Le Garde des sceaux, Ministre de la justice et de la législation du Bénin, Sévérin Quenum quant à lui, avant de procéder au lancement officiel des travaux, a dit tout le bien qu’il pense de ces assises de l’AA-HJF dont la devise est ‘’Unir l’Afrique par le droit et la justice’’. Plusieurs communications sont au menu de ces assises de Porto-Novo. Il s’agit entre autres de la communication sur le thème : « L’autorité des décisions des juridictions d’intégration », la communication sur le thème : « Le procès en cassation et la transparence judiciaire », la communication sur le thème : Les juridictions de cassation et la protection de la liberté d’expression à l’ère du numérique », la communication sur le thème : « Le repère devant le juge de cassation », la communication sur le thème : « Le contrôle de la validité des contrats administratifs et les pouvoirs du juge ».





Dans la même rubrique