14ème édition des académies africaines des sciences : Le système éducatif béninois passé au scanner

Isac A. YAÏ 13 novembre 2018

Il se déroule depuis hier et ce jusqu’au 16 novembre prochain à Bénin Marina hôtel, la 14ème édition des académies africaines des sciences. Ces assises, qui réunissent les têtes pensantes de plusieurs universités africaines, coïncident avec la rentrée solennelle de l’Académie nationale des sciences, arts et lettres du Bénin (Ansalb). Ayant pour thème : « Le système éducatif en République du Bénin », cette rencontre est une occasion pour d’éminents professeurs de réfléchir sur la qualité de l’éducation formelle béninoise. « La qualité de la formation dispensée à tous les niveaux du système éducatif conditionne grandement la contribution des produits finis au processus de développement », a fait savoir le professeur Mahouton Norbert Hounkonnou, président de l’Ansalb, dans un point de presse. A l’en croire, depuis 2015, l’Ansalb a initié une réflexion sur la qualité du système éducatif béninois.
Le diagnostic fait et les recommandations ont été consignées dans une plaquette présentées à l’assistance à l’ouverture des travaux par le secrétaire perpétuel de l’Ansalb, Mansourou Moudachirou. « Le système éducatif formel au Bénin va mal et ce, au regard des résultats aux examens de fin d’année scolaire et universitaire. Les acteurs du système éducatif formel font observer généralement que les élèves, même admis aux divers examens, se révèlent incapables d’écrire et de parler correctement la langue officielle d’enseignement. La commission s’est inquiétée de la situation peu reluisante du système éducatif formel. Elle a cherché à en connaître les causes et conséquences et par ricochet, à situer les responsabilités. Elle s’est alors interrogée sur la qualité des ressources humaines, des ressources matérielles et financières affectées au système éducatif formel », a fait savoir le secrétaire perpétuel. Dans cette plaquette remise au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, des recommandations axées sur 10 points ont été formulées pour redorer le blason du système éducatif formel au Bénin. Il s’agit entre autres de la cohérence du système éducatif, du renforcement de l’éducation des adultes, des critères de promotion des enseignants…

Le gouvernement anticipe
Pour Marie-Odile Attanasso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le gouvernement est conscient que le système éducatif formel se porte mal. Raison pour laquelle les dispositions sont en train d’être prises pour corriger le tir. « Cette rencontre des académies africaines se tient au moment où le Bénin met en place le plus important instrument de gestion de son système éducatif qu’est le conseil national de l’éducation dont les organes assureront désormais la cohérence de tous les ordres d’enseignement et la coordination de tout le système éducatif. Car, la science, les technologies et l’innovation doivent devenir les principaux piliers de développement de notre pays. Ce faisant, le Programme d’actions du gouvernement (Pag) demande au système éducatif de jouer un rôle déterminant dans la transformation structurelle de l’économie de notre pays à travers la mise en œuvre de projets prioritaires structurants. Le thème de ces assises est alors une contribution certaine à la mission assignée au conseil national de l’éducation. Le gouvernement attend donc beaucoup de ces assises », a conclu la ministre de l’enseignement supérieur.





Dans la même rubrique