19ème édition du Symposium annuel de l’IAJP : La question de l’éducation au cœur des échanges

6 décembre 2021

La 19ème édition du Symposium annuel de l’Institut des Artisans de Justice et de Paix (IAJP) a connu son épilogue ce samedi 04 décembre 2021 au Chant d’Oiseau de Cotonou. Elle a permis de réunir des centaines d’acteurs pour réfléchir autour de la question des droits de l’homme, en particulier de l’éducation.

« Humaniser l’éducation ». C’est le thème choisi pour le Symposium annuel de l’IAJP 2021. Un thème qui a tout son mérite vu que l’éducation devient plus préoccupante de génération en génération. Pour Mgr Aristide Gonsallo, Président de la commission Justice et Paix au sein de la Conférence épiscopale, représenté par le Père Alexis Gbewadinou, « la question est d’autant plus importante que c’est grâce à l’éducation que l’on cultive les sensibilités qui font de soi le défenseur-né de tous les droits de la personne. Elle revêt une actualité brûlante face à toutes les problématiques sociales sollicitant aujourd’hui plus d’humanité dans la prise en charge des différentes problématiques de société auxquelles nous sommes confrontés ». Parlant de l’importance de ce symposium, l’Abbé Colbert Goudjinou, Directeur de l’IAJP attire l’attention sur la réalité d’ici et d’ailleurs. « Dans un système éducatif béninois et mondial où la performance, l’excellence pour l’excellence semblent généralement prendre le pas sur l’humanité, il importe de s’arrêter pour envisager les possibilités de changement de regard et de pratique quant à l’éducation », a-t-il notifié. A l’en croire, l’enjeu imminent de ce symposium est d’œuvrer pour une éducation plus humaine ; « une perspective nouvelle d’éducation », a-t-il suggéré.
Par ailleurs, deux communications et un panel ont meublé le traitement de la question de l’humanisation de l’éducation. En effet, la première communication a pour thème : « éduquer ou périr, un enjeu d’humanité ». Il insiste particulièrement sur l’enjeu déterminant de l’éducation sur la société et la culture des facultés intellectuelles de la personne. Quant à la deuxième communication, elle revient de manière précise sur : « l’incarnation de la vie intellectuelle, défi d’une intellectualité au service de l’humanité ». Selon le représentant de Mgr Aristide Gonsallo, les interrogations que suscite cette communication vont permettre de poser de façon plus significative les jalons d’une vie intellectuelle transformante au niveau personnel et social. En outre, le pannel tâchera de nous ouvrir des chemins d’espérance en mettant en exergue des pistes prometteuses pour la promotion des valeurs d’humanité dans les systèmes scholastiques.
Participante de ce symposium, Valérie Mitokpè Agonglo, Spécialiste en sciences de l’éducation et promotrice d’école a exhorté la famille et l’école à y mettre des leurs car dit-elle, « c’est l’éducation qui va nous permettre de quitter notre animalité et promouvoir les valeurs familiales, citoyennes pour construire mieux notre pays pour un développement intégral ». Faut-il le rappeler, le représentant de Mgr Aristide Gonsallo a exprimé sa gratitude à tous les acteurs et participants du symposium en particulier, à la Fondation Konrad Adenauer représentée par Okpeitcha Moibat (Côte d’Ivoire) pour sa contribution de premier plan pour cette organisation.
Arsène AZIZAHO (Coll)





Dans la même rubrique