1ère session ordinaire 2020 de la Haac : Les ambitions de la HAAC au cœur des échanges

La rédaction 26 février 2020

Sept mois après son installation, le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, Remi Prosper Moretti a lancé officiellement ce mardi 25 février 2020 l’ouverture de la première session ordinaire de l’institution pour le compte de l’année 2020. Selon les propos du président, cette première session de l’année 2020 s’ouvre sous de bons auspices car elle porte la marque d’ambitions pertinentes et efficientes.

En effet, plusieurs points sont inscrits à l’ordre du jour de cette première session. Il s’agit notamment de la visibilité de la Haac grâce à la relance du bulletin d’information « Le Régulateur », et la création d’un bureau chargé des relations avec les usagers et les partenaires, du respect des obligations contractuelles relatives au renouvellement ou non des conventions des radios et télévisions dont les conventions sont arrivées à terme depuis décembre et janvier 2020 et la mise en place de la procédure d’autorisation des médias en ligne. Il s’agira également de discuter autour du respect des normes éthiques et de déontologie afin que l’auto-saisine et l’examen des plaintes, ces prérogatives majeurs de la Haac, soient de plus en plus exercés dans le but de protéger en toutes circonstances le citoyen et le professionnel des médias. « La Haac fait un travail en profondeur pour rompre avec la monotonie et la caducité de certaines de nos dispositions légales et réglementaires afin d’être en adéquation avec les impératifs de l’heure », a déclaré Remi Prosper Moretti. De plus, il a rappelé que cette première session intervient en pleine précampagne pour les élections communales et municipales avant d’inviter les promoteurs des médias à prôner davantage les valeurs d’impartialité, d’objectivité et d’honnêteté.
Dans la perspective d’un bon rendement à la fin des séances, le président Moretti a invité les siens à rester soudés, à travailler sans relâche. « Le renouveau de la Haac dépend incontestablement du sens aigu que nous avons des enjeux de l’information et de la communication, étant donné que l’accès au champ numérique se popularise constamment et à une vitesse exponentielle », a-t-il conclu.
Jephté HOUNNAGNI (Coll.)





Dans la même rubrique