2ème session extraordinaire du Parlement : La révision du Règlement intérieur à l'ordre du jour

Karim O. ANONRIN 14 juillet 2020

Les députés à l’Assemblée nationale se retrouvent ce jour mardi 14 juillet 2020 en session extraordinaire sur convocation du président de l’institution, Louis Gbèhounou Vlavonou. Un seul point est inscrit à l’ordre du jour de cette session extraordinaire, la deuxième de l’année 2020. Il s’agit de l’examen de la proposition de résolution portant révision du Règlement intérieur du Parlement. Le lundi 06 juillet dernier, le dossier était en discussion en séance plénière, mais les députés n’ont pas pu aller au bout faute de consensus sur certaines dispositions notamment les articles 1er, 7, 13, 16, 24.1, 24.2, 25, 34.8 et 40.2. du texte nouveau. Il faut noter qu’entre autres innovations dans le texte en examen, il y a la possibilité pour les conseillers techniques du président de l’Assemblée nationale de prendre part aux travaux en commission sans droit de vote, l’obligation au député de prendre part aux travaux de la commission dont il est membre, l’élargissement des prérogatives du président de l’Assemblée nationale dans les nominations, pour ne citer que celles-là.

A quoi peut-on s’attendre ce jour au Parlement ?
Depuis la dernière séance que les députés se sont réunis pour échanger sur cette proposition de résolution portant révision du Règlement intérieur, plusieurs jours se sont écoulés. La raison de la suspension des discussions ce jour-là par le président Louis Gbèhounou Vlavonou était le défaut de consensus autour des articles cités plus haut. C’est dire que la Commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme présidée par le député Orden Alladatin, aurait sans doute déjà tranché sur les différents amendements apportés par ses collègues. Cependant, le cap devrait être maintenu par rapport à l’allure que les débats ont pris au cours de la première tendance. Ceci, pas pour plaire à qui que ce soit, mais pour démontrer encore une fois que traiter le Parlement, 8ème législature de caisse de résonance n’est pas exact. En effet, l’impression que certains députés avaient laissé dans l’opinion publique après la séance plénière précédente était généralement bonne. Ceux qui ont défendu la démocratie en attirant l’attention sur la nécessité de légiférer pour l’avenir maintiendront certainement le cap.





Dans la même rubrique