57ème Journée internationale de l'infirmière : Les infirmiers et infirmières du CNHUP-C valorisent leur profession

La rédaction 13 mai 2022

Le Bénin n’est pas resté en marge de la 57ème journée internationale des infirmières. Ce jeudi 12 mai 2022,les infirmiers et infirmières du CNHUP-C ex Jacquot ont tenu une conférence débat autour du thème : « La profession infirmière : Une voie faite pour diriger,investir dans les soins infirmiers et respecter les droits pour garantir la santé mondiale ». Dans son message, Vincent Ehoulé, Anesthésiste en réanimation et orateur principal de cette conférence-débat, a fait la genèse de la profession, son parcours et surtout son importance dans la vie des patients du monde en général et du Bénin en particulier. A l’occasion, plusieurs communications ont meublé cette causerie. Il s’agit du ‘’respect des droits et obligations des infirmiers : Une garantie pour l’élimination des violences faites aux femmes’’ ; ‘’prise en charge infirmière d’un patient présentant un trouble dépressif en milieu psychiatrique’’ et ‘’le personnel infirmier face à la pandémie de la Covid-19 : Quel risque pour leur santé physique et mentale’’.
Également présent au cours de cette conférence-débat, Jean Baptiste Elias, Président de l’association national béninoise des infirmières et infirmiers diplômés d’État (ANABIIDE) a rappelé à l’assistance que la fonction de l’infirmier ne se limite pas à panser des plaies ou à seulement distribuer des comprimés. Selon lui, l’infirmier n’est pas le subordonné du médecin mais son collaborateur intelligent, car il peut poser un diagnostic infirmier. « La profession infirmière n’est pas un métier de rabais », a-t-il martelé. Narcisse Nonohou, Président du comité d’organisation de la JII ajoutera que c’est un métier en or. Pour lui, la fonction infirmière est une grande preuve d’amour pour l’humanité, car l’infirmier dans l’exercice de ses fonctions donne tout sans rien demander en retour. « C’est une journée qui vaut la peine d’être célébrée et cette célébration mérite qu’on sacrifie toute une journée », a-t-il conclu.
Yasmine ALONOMBA (Stag)





Dans la même rubrique