Accès au foncier dans la commune de Zè : Roajelf outille les femmes sur la redevabilité, la démocratie, les droits et devoirs

Patrice SOKEGBE 4 mars 2021

Préparer et renforcer les compétences d’un noyau communautaire de femmes et filles, des élus et d’autres leaders communautaires en vue de la défense et la protection de l’accès au contrôle du foncier pour les femmes et les jeunes femmes. Tel est l’objectif du projet : Femmes et droits fonciers dans la commune de Zè, exécuté par le Réseau ouest africain des jeunes femmes Leaders du Bénin (Roajelf-Bénin) qui a tenu un atelier de formation sur le renforcement de capacités de 24 femmes et jeunes leaders et 3 journalistes sur la redevabilité, la démocratie, les droits et devoirs. En effet, le Bénin dispose d’une loi foncière qui garantit le droit pour tous d’accéder aux droits fonciers. Mais malheureusement, les femmes béninoises, surtout celles des milieux ruraux peinent à jouir de leurs droits, ce qui n’est pas sans conséquence sur leur autonomisation économique. Et pour cause, les us et coutumes et les normes culturelles et sociales qui prévalent et, selon lesquelles les femmes n’ont pas le droit à la terre, ni par l’achat, par l’héritage, ni par donation. Cette situation est renforcée par une faible application du code foncier. Au regard des multiples cas de conflits domaniaux enregistrés au niveau de la communauté en général, et des femmes en particulier, le Réseau ouest africain des jeunes femmes Leaders du Bénin (Roajelf-Bénin), avec le financement du centre d’Etude et de Coopération internationale (Ceci) à travers le Fonds thématiques, a proposé d’exécuter le projet : Femmes et droits fonciers dans la commune de Zè. « C’est un projet de renforcement des capacités, de la voix, du leadership et du plaidoyer des femmes et des jeunes femmes et d’autres acteurs en vue de la revendication et de la défense de leurs droits sur le foncier, pour une mise en application des dispositions du code foncier », a déclaré Mariette Montcho, Présidente du Roajelf, qui a exhorté les participantes à l’assiduité pour que les femmes et les filles jouissent pleinement de leur droit d’accès au foncier.





Dans la même rubrique