Adaptation aux changements climatiques au Bénin : Deux études révèlent une faible implication des femmes

Fulbert ADJIMEHOSSOU 14 janvier 2021

Epouses vulnérables du Climat, les femmes attendent d’être plus impliquées dans la résilience face au dérèglement climatique. Deux études dont les rapports ont été validées le 13 janvier 2021 par les acteurs du secteur au Chant d’oiseau de Cotonou, en disent long. En effet, commanditées par le Centre de Recherche et d’Expertise pour le Développement Local (Credel), ces études s’inscrivent dans le cadre du projet Développement d’une Résilience Inclusive aux Changements Climatiques et aux Catastrophes au Bénin (Déricc-Bénin). Le premier rapport concerne la vulnérabilité des femmes. L’étude a été menée dans 8 communes du Bénin. Quant au second, il est relatif au degré de compréhension de la prise en compte du genre par les décideurs politiques dans les documents de planification des actions en lien avec l’adaptation au changement climatique. Les résultats présentés à l’occasion par le Professeur Bouraima Yabi interpellent. « Malgré les efforts qui sont faits, les femmes continuent d’être sous représentées dans les institutions et structures qui élaborent ces documents. Il ressort des différentes analyses réalisées que le genre est pris en compte dans quelques projets/programmes d’adaptation, non pas pour mettre en application les textes, mais pour répondre aux exigences des partenaires. Dans les documents d’adaptation existants, les mesures de gestion des changements climatiques restent générales et ne spécifient aucune action à mener à l’endroit des femmes », a-t-il souligné. Ainsi, l’accès à la terre (65 %) est prioritaire. Ensuite, 63 % priorisent l’accès aux crédits et microcrédits tandis que 60 % pensent que l’accès à l’éducation est prioritaire. L’accès à l’emploi est prioritaire pour 50 % et l’accès aux soins de santé pour 30 %. Pour l’ensemble des acteurs présents ou représentés à cet atelier de deux jours, si la femme est dès le départ dans l’équipe d’élaboration, elle sera sensible à certains aspects pour contribuer à renforcer sa propre réticence. D’où l’engagement de l’Ong Credel. « Ce document devra servir de repère pour la mise en œuvre du projet Dericc-Bénin. On sait là où nous en sommes actuellement. Et avec les activités qui seront mises en œuvre, on pourra évaluer au bout de trois ans d’activité », a dit Parfait Blalogoe. Mais ce sont aussi et surtout les décideurs qui sont interpellés. « Nous devons jeter un regard important à ces couches vulnérables pour un développement inclusif », a martelé Médard Ouinakonhan, Directeur de la Gestion des changements climatiques. De son côté, Prisca Djimadja, Point Focal Genre et changement climatique du Bénin auprès du Ccnucc garde espoir. « C’est une avancée dans la mise en œuvre du plan d’actions genre et changement climatique de notre pays »





Dans la même rubrique