Amélioration des droits des enfants et des femmes : Plan International Bénin lance le projet Plan pour les filles

Isac A. YAÏ 30 juillet 2019

8,7% des femmes âgées de 20 à 24 ans sont mariées et 5% ont donné naissance avant 15 ans. 48% des filles âgées de 15 à 19 ans ont eu au moins une relation sexuelle et 22,2% sont sexuellement actives. Seulement 32,9% des filles de 15 à 19 ans et 36% des jeunes femmes de 20 à 24 ans ont une compréhension du Vih. Le taux net de scolarisation dans l’enseignement en 2015 est de 51,8% chez les garçons et 38,1% chez les filles. Face à ces statistiques peu reluisantes en faveur des filles et des femmes dans les communes de Bantè, Dassa-Zoumè, Glazoué et Savalou dans le département des Collines, Plan International Bénin avec l’appui de l’ambassade du Canada près le Bénin a lancé hier à Bénin royal hôtel de Cotonou le projet Plan pour les filles. « Plan pour les filles s’appuie sur l’analyse situationnelle du niveau de réalisation des droits des enfants dans les quatre communes bénéficiaires avec des constats d’échec. A travers ce projet novateur et multi acteurs fondé sur la théorie de changement, notre organisation voudrait, ensemble avec tous ses partenaires et dans une synergie d’action avec les autres structures étatiques, contribuer à l’horizon 2023 à faire progresser les droits des enfants et l’égalité en faveur des filles », a expliqué Karl Frédéric Paul, représentant résident de Plan international Bénin.

A l’en croire, ce projet bénéficie d’un financement de 3.573.273.937 F Cfa des affaires mondiales Canada et de Plan Canada pour une durée de 5 ans afin d’améliorer les droits à la santé, l’éducation, la protection et l’autonomisation économique de 60.197 personnes dont 30.955 filles, 10.033 garçons de 10 à 24 ans, de 12.000 femmes et 7.909 hommes adultes dans les communes bénéficiaires. Pour Firmin Kouton, préfet des Collines et du Zou, ce projet est une approche intégrée et transformateur en matière de genre et vise à améliorer la situation des filles dans les quatre communes bénéficiaires des Collines. « Les indicateurs en matières de santé sexuelle et reproductive ne sont pas reluisants dans le département des Collines.
D’où l’importance de ce projet pour corriger le tir », a-t-il fait savoir. A en croire Luc Saint Laurent, premier secrétaire de l’ambassade de Canada près le Bénin, la lutte contre la discrimination des filles et des femmes est au cœur de la politique du Canada. Cette politique canadienne est en phase avec celle du Bénin et de Plan international d’où ce soutien pour améliorer les conditions de vies des filles et des femmes et développer leur leadership.

« Les maires des communes bénéficiaires ne manquent pas d’idées, mais d’accompagnement. Ce projet leur permettra donc de s’épanouir. Il faut alors que tous les acteurs jouent leur rôle pour qu’à l’heure du bilan, on puisse constater que les choses ont changé pour l’évolution des filles », a ajouté Mireille Kakpo, Directrice adjointe de cabinet du ministère des affaires sociales et de la micro finance.
Ainsi, à travers ce projet, Plan International Bénin se donne les moyens pour la réalisation de l’ambition de son plan stratégique pays, celui de voir « les filles et les jeunes femmes vulnérables du Bénin s’épanouir dans un environnement d’égalité et faisant des choix informés en ce qui concerne leur sexualité et leur protection contre les grossesses précoces ».





Dans la même rubrique