Arboriculture fruitière au Bénin : Le document de stratégie de développement validé

17 décembre 2020

Le Bénin souhaite se doter de cet instrument de planification qui orientera les actions futures du Gouvernement dans le développement de l’Arboriculture Fruitière.

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture au Bénin (FAO-Bénin), a organisé à l’Infosec de Cotonou le mardi 15 décembre 2020, un atelier de validation du document de Stratégie Nationale de l’Arboriculture Fruitière. La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par le Directeur Adjoint de la Programmation et de la Prospective du Maep, Marius Aïna Sodjinou, représentant le Ministre empêché. Le Bénin souhaite se doter de cet instrument de planification qui orientera les actions futures du Gouvernement dans le développement de l’Arboriculture Fruitière.
Selon le Chargé de Programme de la Fao-Bénin, Dr Jean Adanguidi, la consommation annuelle de fruits par habitant au Bénin est en deçà de 70 kg, le seuil de consommation recommandé par la FAO pour une alimentation normale. Et le développement d’une arboriculture fruitière au Bénin pourrait contribuer à l’amélioration des apports alimentaires vitaminés pour nos populations et ouvrirait en même temps une nouvelle voie de diversification agricole et donc une nouvelle source de revenus aux producteurs.
Ainsi, le Gouvernement du Bénin, dans sa volonté de développer l’arboriculture fruitière, a adressé une requête d’assistance technique et financière à la Fao pour l’élaboration de ce document. Une requête reçue favorablement à la Fao qui se traduit par le développement du "Projet d’appui à la formulation du programme national de développement de l’arboriculture fruitière au Bénin". Une équipe de six consultants nationaux dirigée par un consultant international expert a été mise en place pour l’élaboration de ce document.
Ce document soumis à l’appréciation des participants à cet atelier, contribuera à terme à relever les principaux défis que sont l’amélioration de la production, des rendements et de la qualité de l’arboriculture fruitière, la valorisation des produits des vergers et l’amélioration de la gouvernance au sein des filières.
Pour le Représentant du Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, le Directeur Adjoint de la Programmation et de la Prospective, Marius Ainan, le Gouvernement a fait du secteur agricole depuis 2016, le principal levier de développement économique, de garantie de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. « Mais force est de constater qu’en dépit des niveaux de production en constante augmentation, ce secteur reste confronté à de nombreuses difficultés liées à une faible prise en compte de la filière fruiticole pour laquelle des réflexions sont nécessaires pour faciliter son développement », a-t-il précisé avant d’exhorter les participants à amender le document pour que les résolutions qui sortiront de l’atelier soient de très bonne facture.





Dans la même rubrique