Baccalauréat 2020 au Bénin : 95 404 candidats inscrits, des innovations apportées

Patrice SOKEGBE 27 mai 2020

A quelques semaines de l’examen du baccalauréat, session 2020, les choses se précisent en ce qui concerne les préparatifs et surtout les innovations apportées en cette période critique dominée par la pandémie du Coronavirus. Selon le Directeur de l’office du Baccalauréat, il y a 95 404 inscrits dont 35049 filles et 60355 garçons contre 100 024 en 2019. Aussi, 137 centres ont-ils été retenus contre 142 en 2019 dont 07 centres fermés et 02 nouveaux centres créés. Au nombre des centres d’examen fermés, il y a le Lycée technique de Natitingou, le Ceg Lalo, le Collège Catholique Notre Dame de Klouékanmey, le Ceg Littoral de Cotonou, le Ceg Djassin de Porto-Novo, le Ceg Application de Porto-Novo, le Ceg 2 Pobè. Deux nouveaux centres ont été créés. Il s’agit du Ceg Houèto d’Abomey- Calavi et le Collège privé le Savoir d’Abomey-Calavi. Aussi faut-il souligner que l’Office du Bac a prévu un candidat par table en plus des mesures barrières mises en place par le Gouvernement.
Dans la phase des inscriptions, il y a eu des innovations mais aussi quelques irrégularités de la part des établissements mais décelées par l’Office dans la poursuite de son engament pour l’assainissement du milieu. Au nombre des innovations, il y a l’inscription en ligne des candidats libres, l’enrôlement des candidats officiels avec leur numéro matricule EducMaster.
Il y a eu tout de même des difficultés apparues à la phase des inscriptions. Il s’agit des établissements non autorisés qui ont introduit des dossiers de candidats. Des établissements continuent de faire la sous-traitance en inscrivant des élèves qui ne sont pas les leurs, notamment des cours du soir. Des établissements à la recherche de forts taux de réussite, font inscrire leurs candidats de niveau faible par d’autres établissements. Des élèves ayant redoublé la première l’année précédente ont déposé les dossiers par l’entremise de certains établissements.
L’Office du Baccalauréat s’inscrit dans la logique de la poursuite du processus d’assainissement des établissements secondaires. Car le tamis des candidats permettra d’espérer un taux de réussite des candidats au Bac à la hauteur des efforts fournis par les acteurs de l’éducation notamment le Gouvernement.





Dans la même rubrique