Bassin de la Volta : Les risques évalués pour un système d’alerte précoce

Fulbert ADJIMEHOSSOU 28 septembre 2020

Les inondations ne constituent pas les seules menaces climatiques dans la sous-région. Moins perceptible mais pourtant autant dévastatrice, la sécheresse fait aussi son lot de dégâts. Dans le cadre du projet "Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta’’ (Vfdm), un système d’alerte précoce a été annoncé. Hier, à l’atelier de présentation des résultats de l’évaluation des capacités en système de prévision et d’alerte présentés, Dr Rafatou Fofana Adam, Directrice par intérim de l’Observatoire du Bassin a rappelé l’enjeu. « On doit éviter que l’eau soit source de problème et de pauvreté. Ce projet se veut de faire le point de ce qui est fait, identifier tous les acteurs de gestion des inondations, et leurs besoins. C’est toute une chaîne, il y a des acteurs qui interviennent dans la connaissance des risques, d’autres dans la réponse et d’autres encore dans la communication et la vulgarisation des alertes ». En effet, le bassin de la Volta qui regroupe 6 pays dont le Bénin est assez vulnérable en raison de sa forte exposition et de la faible capacité d’adaptation aux catastrophes liées à l’eau et aux variabilités climatiques. Le Projet Vfdm soumis au Fonds d’Adaptation par l’Organisation Météorologique Mondiale, en collaboration avec l’Autorité du Bassin de la Volta et le Partenariat mondial pour l’eau en Afrique de l’Ouest vise à renforcer la résilience dans ces pays. Cette évaluation dont les résultats ont été partagés et faits objet de débats à cet atelier, servira, selon Dr Rafatou Fofana Adam à la mise en place d’un système d’alerte. Le Bénin attend d’ailleurs beaucoup des assises. « Cet atelier permettra de parvenir à une compréhension commune des lacunes, des limites et des opportunités de chaque élément du système d’alerte précoce, en identifiant les actions réalisables à mettre en œuvre dans le cadre du projet Volta », a dit le Professeur Emmanuel Lawin, Représentant du Ministre Béninois de l’Eau. Les travaux prennent fin ce jour.





Dans la même rubrique