Cep 2020 : “Pas de panique, les candidats composeront dans de bonnes conditions” dixie Martin Luther Adéromou

Patrice SOKEGBE 3 juillet 2020

L’examen du Certificat d’études primaires, session de juillet 2020, va se dérouler dans un contexte assez particulier, marqué notamment par la pandémie du Coronavirus et les inondations dans le littoral. A ce sujet, Martin Luther Adéromou, Directeur départemental des enseignements maternel et primaire, dans une interview, rassure que les candidats vont plancher dans de bonnes conditions. D’ailleurs contre l’inondation, les services techniques de la mairie de Cotonou et les sapeurs-pompiers seront mis à contribution pour évacuer l’eau des centres inondés. Aussi, a-t-il mis un point d’honneur sur le respect strict des gestes barrières afin d’éviter la propagation de la Covid-19.

Faites-nous le bilan des candidats qui participent au CEP 2020 dans le Littoral
dans le Littoral, nous avons 17 323 candidats dont 8 702 filles et 8621 garçons. Tous composent dans 46 centres. Dans ces centres de composition, nous avons 611 salles de classe. Voilà la statistique en ce qui concerne les candidats.

Comment préparez-vous le CEP 2020 ?
La préparation se fait correctement. Les centres sont identifiés. Nous avons 46 centres de composition. Il y a des agents préparateurs de centres. Ce sont des enseignants, des personnes qui sont indiquées pour disposer les tables par salle. Ils font tout le nécessaire pour que les enfants puissent composer dans de bonnes conditions. Il y a un dispositif de lavage de mains devant chaque salle de classe. Les centres vont être apprêtés par les agents préparateurs. A partir d’aujourd’hui, les salles seront prêtes pour recevoir le matériel pour la composition à savoir les copies, feuilles d’examen, les épreuves etc…Les matériels lourds sont déjà à la disposition des chefs pédagogiques. Les matériels sensibles seront dans les commissariats. Tôt le lundi, ces matériels seront retirés des commissariats pour être administrés aux candidats.

Cet examen va se dérouler dans un contexte de pandémie. Quelles dispositions avez-vous prises à cet effet ?
Les examens se dérouleront dans une période particulièrement, marquée par la pandémie du Coronavirus. Nous sommes tous témoin que le mal existe, que les cas se multiplient et que les gens en meurent. Pour cela, avant de se rendre dans les centres d’examen, les enfants doivent se munir de leurs masques. Ils doivent laver les mains avant d’entrer dans les salles. Les dispositifs seront mis en place pour que cela se fasse. Ils doivent respecter la distanciation sociale. Les enfants se disposés dans les salles en zigzag. L’un à l’extrémité d’une table, l’autre du côté opposé. Ils vont former ce zigzag pour respecter cette distanciation. Ils pourront donc composer dans ces conditions. C’est même la Direction des examens et concours qui nous instruit par rapport à cela, et nous y veillerons particulièrement.

Étant donné la pandémie, combien de candidats y aurait-il dans une salle ?
Le nombre de candidats par salle est en moyenne 28. Les salles qui sont plus spacieuses peuvent aller à la trentaine. Donc, les enfants seront disposés de manière à respecter la distanciation sociale

Cotonou subit depuis quelques jours les affres des inondations. Que comptez-vous faire pour composer les candidats dans de bonnes conditions ?
Nous sommes en saison pluvieuse. Ça a été le cas presque toutes les années. La Direction des services techniques de la mairie de Cotonou et les sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour aspirer l’eau des centres d’examen. Ceci, pour permettre aux enfants de composer dans de bonnes conditions. Notre souhait, c’est qu’il ne pleuve pas ces derniers jours. Si par extraordinaire, il pleuvait, les sapeurs-pompiers et la mairie seront mobilisés pour pouvoir aspirer l’eau des centres d’examens.

On a constaté par le passé que certains candidats qui se retrouvent aux extrémités des salles de composition sont le plus exposés à la pluie. Parfois, les feuilles de compositions sont mouillées ? Qu’avez- vous prévu cette fois ?
Je crois que nos salles de classe dans les centres disposent de persiennes. Lors de l’examen blanc, il y a eu pluie. Mais nous n’avons pas remarqué ce genre de situation.

Pensez-vous que les résultats escomptés seront au rendez-vous, malgré la Covid-19
Nous escomptons que nous aurons de bon résultats malgré cette situation de pandémie. Parce que le ministre des enseignements maternel et primaire a mis tout un programme en place. Et il y a le programme qui est entièrement achevé partout. Nous avons eu 2 semaines qui ont été réservées pour exercer les enfants. On a eu à traiter des épreuves des années antérieures avec tous les enfants dans tous les départements de notre pays. Les enfants traitaient les épreuves et les enseignants corrigeaient au fur et à mesure. Donc, il y a eu un temps d’exercice pour entraîner les enfants par rapport à cet examen. Après ces deux semaines d’exercice, nous avons l’examen blanc. Les corrections ont été faites. Les remédiations ont été apportées, les enfants sont aptes pour pouvoir composer dans de très bonnes conditions et nous escomptons avoir de très bons résultats à la fin.

Quel dispositif avez-vous mis en place en cas de maladies des candidats ?
Nous ne manquons pas de connaître des cas de maladies. Dans tous les centres de composition, nous avons des agents de santé pour prendre soin des cas éventuels d’enfants qui tomberont malades. S’il arrivait que l’enfant tombe malade, les agents de santé sont là pour les prendre en charge.

Quel message avez-vous à l’endroit des candidats, de leurs parents, des superviseurs et des surveillants ?
Nous demandons aux candidats de ne pas paniquer. L’examen national de Certificats d’études primaires est comme l’examen blanc qu’ils ont eu à faire. C’est comme les évaluations sommatives qu’ils font dans les classes. Il n’y a donc pas à s’inquiéter par rapport à cela. Nous leur demandons de ne pas avoir peur et de travailler simplement dans de très bonnes conditions. Face à l’épreuve, qu’ils lisent correctement et calmement, réfléchissent et répondent aux questions. Il n’y a rien d’extraordinaire. Si tant est qu’ils ont suivi les cours normalement, ils pourront s’en sortir. Par rapport aux parents, nous leur demandons de prendre soin des enfants, de veiller sur leur santé, de les protéger contre les piqûres de moustiques, de les protéger par ce temps de froid pour qu’ils ne tombent pas malades, qu’ils veillent sur leur alimentation, les fassent coucher à temps. Ainsi, ils pourront composer dans de bonnes conditions. Aux surveillants, nous demandons d’assumer avec professionnalisme leur tâche de surveillance. Ils en ont l’habitude. Particulièrement, en ce temps de Covid-19, ils doivent se munir de leurs masques et veiller à ce que les candidats composent normalement.
Propos recueillis par Patrice SOKEGBE





Dans la même rubrique