Christine Adjonou sur la bonne alimentation : « La mal-bouffe peut nous exposer à la Covid-19 »

Bergedor HADJIHOU 21 juillet 2020

Au plan mondial, la journée du 21 juillet est celle de la mal-bouffe, dédiée aux aliments pour lesquels nous aimons grignoter. Dans un contexte de crise sanitaire, il est toutefois utile de rappeler en quoi une bonne alimentation limite la transmission des virus. Et c’est Christine Adjonou épouse Adjagodo, Nutritionniste-diététiste, infirmière, diplômée d’Etat, spécialiste en Santé Publique au Centre national hospitalier universitaire de pneumo-phtisiologie de Cotonou qui nous éclaire sur cette équation.

Une alimentation saine et équilibrée : est-ce l’autre geste barrière oubliée dans la lutte contre la covid-19 ?
L’alimentation saine et équilibrée est bien évidemment un paramètre très important dans les mesures barrières parce qu’elle permet aux individus de maintenir leur poids à la normale, d’avoir une immunité au point. L’immunité au point nous éloigne de toute infection et surtout des maladies non transmissibles notamment les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète, certains cancers et autres. Nous savons que l’obésité aggrave le risque de contamination de la covid-19 parce que celui qui est obèse est prédisposé au diabète et à l’hypertension artérielle. Si on est hypertendu ou diabétique, l’immunité devient faible et fait le lit à la covid-19 surtout si les autres mesures barrières ne sont pas respectées notamment le port de masque de protection, le lavage régulier des mains, l’utilisation de la solution hydro alcoolique et la distanciation sociale.

Quels doivent-être alors les bons réflexes ?
Je dois d’abord chercher à connaître mon état sanitaire sur le plan nutritionnel c’est-à-dire me classer dans une catégorie. Généralement les gens s’ignorent. C’est sur trois plans. Soit je suis dénutri, soit j’ai un poids normal, soit je suis en surpoids ou obèse. Je dois ensuite me poser la question de savoir si ce que je veux manger est bon pour mon organisme. Je dois enfin manger sain et équilibré pour être en bonne santé.

Otez-nous d’un doute. Est-il risqué de manger trop cru pendant cette période de crise sanitaire ?
Je ne dirai pas que le risque est zéro. Ce qu’il faut retenir, c’est de laver correctement les crudités et les fruits avant de les consommer. Puisqu’on ne sait jamais, il peut y arriver que quelqu’un contaminé de la covid-19 après avoir éternué ou toussé directement sur un fruit par exemple ou même éternué dans ses mains et touché au fruit peut le contaminer. Si dans les instants qui vont suivre, un individu sain mange ce fruit sans correctement le laver, il peut transporter le virus jusqu’à son carrefour aérodigestif et là, il y a possibilité que le germe migre vers la trachée (voie respiratoire) et on peut ainsi développer la maladie. Le mieux, c’est de respecter l’hygiène autour des aliments.

A vous entendre, bien s’alimenter est une responsabilité personnelle. Dans un contexte de pandémie, quelles sont alors, les actions publiques qui peuvent contribuer à une alimentation saine ?
Les pouvoirs publics doivent donner des conseils nutritionnels à la population à travers les médias (radios, télévisions, presses écrites) dans différentes langues. Des conseils nutritionnels aux patients sur les sites de prise en charge de la covid-19 ne sont pas non plus à négliger. On peut par ailleurs organiser des séances d’éducation nutritionnelle dans toutes les formations sanitaires. Ces conseils et éducations seront axés sur comment avoir une saine alimentation, comment manger équilibré et comment avoir une hygiène de vie.

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de la malbouffe ? C’est quoi la malbouffe ?
La malbouffe, c’est le fait d’avoir une mauvaise alimentation ; donner à l’organisme ce dont il n’a pas besoin et pire qui lui nuit. Généralement ce sont les aliments de qualité médiocre c’est-à-dire ayant une forte teneur en calories (sucres, graisses) et faibles en valeur nutritive ce qui dans un future proche amène aux maladies non transmissibles.

De quoi se constitue un régime alimentaire équilibré ?
Pour qu’un plat soit équilibré, il doit comporter, 1/3 de féculent, 1/3 de viande et substituts, 1/3 de légumes et une portion de fruit au choix.

Conseils simples et économiques pour s’alimenter sainement.
Je peux résumer la réponse à votre question en 14 points à savoir, adopter l’hygiène autour des aliments. Il s’agit là d’un préalable qu’il ne faut jamais minimiser. Le membre avec lequel on se saisit de l’aliment doit également être propre. Il faut donc assurer l’hygiène des mains, ne pas manger la même chose tout le temps. En variant les aliments, vous vous apportez différents nutriments. Acculé par nos occupations quotidiennes, on oublie souvent de manger, ce n’est pas bien. Respecter les 03 grands repas est capital pour la santé. Et même quand on oublie, l’organisme essaie de nous le rappeler à travers les signaux de la faim. Il faut respecter ces appels naturels. Les collations ne sont pas interdites surtout lorsqu’elles sont faites de fruits ou légumes. En prendre deux si possible par jour serait bien. Et puis, nous ne prenons pas souvent le temps de bien mâcher les aliments. C’est un défaut. Manger lentement, c’est ce qui est recommandé. J’ajouterai de maximiser la consommation des légumes, connaître les différents groupes d’aliments et leurs rôles pour savoir ce qui est bien pour nous. Nos aliments locaux peuvent parfaitement faire l’affaire dans la quête d’une alimentation équilibrée. Nous pouvons donc en fonction de nos revenus faire de bons choix et de bons agencements. Pour finir, ne soyez pas glouton. Mangez la quantité convenable.

L’hygiène va donc forcément de pair avec une bonne alimentation ?
Absolument. Il faut insister là-dessus car une hygiène adéquate nous épargne des troubles digestives d’origine alimentaire notamment la diarrhée, le vomissement et aussi de certaines infections comme la fièvre typhoïde.

Quels sont les effets d’une bonne alimentation sur le système immunitaire ?
Une bonne alimentation nous procure des nutriments et surtout des micronutriments (vitamines et minéraux) qui renforcent l’immunité ce qui permet de lutter efficacement contre les microbes et de procurer la bonne santé.

Vous diriez quoi pour conclure cet entretien ?
Je dis à toute la population béninoise que la malbouffe nous tue à petit coup. Aujourd’hui, le nombre de cas de maladies non transmissibles ne cessent d’augmenter à cause de ce comportement. Pis, la mal-bouffe peut nous exposer à la covid-19. Nous pouvons bien nous alimenter (manger sain et équilibré) à moindre coût et avoir la bonne santé en se basant sur nos produits locaux. Ne cherchons pas loin ce qui est proche. Tous les aliments dont on a besoin sont disponibles dans nos localités. Maximisons la consommation des légumes et fruits. Adoptons l’hygiène de façon globale. Soyons propres même si on est pauvre. Pour finir, respectons les mesures barrières que le gouvernement nous enseigne pour bouter loin la covid-19.
Propos recueillis par Bergedor HADJIHOU

.





Dans la même rubrique