Conseil des ministres : Les ACE 2008 évalués le 24 août prochain

Arnaud DOUMANHOUN 8 août 2019

Redorer le blason du système éducatif. Le samedi 24 août prochain, les enseignants reversés en Agents contractuels de l’Etat (ACE) en 2008 seront évalués. Ainsi en a décidé le gouvernement au terme de son conclave hebdomadaire de ce mercredi 7 août 2019. Selon le compte rendu fait par le ministre des affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, cette évaluation vise principalement à identifier les besoins en renforcement de capacités des enseignants concernés afin d’y apporter des réponses appropriées.
Ils composeront dans les disciplines enseignées. Ainsi, à la maternelle, l’évaluation portera sur une épreuve d’étude de cas en pédagogie appliquée. Au primaire, il s’agira d’une épreuve (deux sujets au choix) d’étude de cas en pédagogie appliquée et d’une épreuve de mathématiques. Pour les enseignants du secondaire, l’épreuve permettra d’évaluer les connaissances théoriques et professionnelles dans les matières enseignées en fonction des cycles où ils interviennent.

La menace de la radiation plane
« Le Conseil tient à rappeler que l’évaluation est obligatoire et que les enseignants qui ne s’y soumettraient pas seraient responsables des conséquences qui découleraient de leur attitude… », a indiqué le ministre Aurélien Agbénonci. Ainsi, ils sont désormais contraints à subir l’évaluation de leurs connaissances professionnelles au risque de perdre définitivement leur emploi.
Les couleurs étaient annoncées au terme de la séance de travail entre les représentants des 07 Centrales et Confédérations syndicales et les deux ministres de l’éducation concernés par le sujet le mardi 30 Juillet 2019. L’évaluation des Agents contractuels de l’Etat (Ace) reversés en 2008 était déjà de fait un acquis.
« Et à l’issue de l’évaluation, ceux qui atteindront le seuil de réussite seront recrutés comme fonctionnaires de l’État avec les anciennetés conservées. Les autres seront soumis à une formation modulaire d’environ 09 mois tout en conservant leurs salaires et fonctions. Pendant cette formation ils recevront des visites et inspections des personnels de l’encadrement et les notes issues de ces contrôles seront prises en compte dans l’évaluation finale. A la fin de la formation, ils seront soumis à un test. Les lauréats conserveront leurs salaires et fonctions mais avec un nouveau statut d’ACE… les candidats absents volontairement auraient choisis délibérément de sortir de la fonction publique ». Telle était la substance de cette rencontre entre les ministres des enseignements maternel, primaire et secondaire.
C’est dire que les Agents concernés savent à quoi s’en tenir. Ils devraient quand même lire entre les lignes, et comprendre que l’absence volontaire, curieusement, de tous secrétaires généraux des centrales à ces échanges avec le gouvernement n’était pas anodine. A chacun de prendre son destin en main. De toutes les façons, une évaluation en guise de contrôle de connaissance n’est pas un concours, même si elle demeure une évaluation et devrait permettre de séparer le bon grain de l’ivraie aux fins de redorer le blason du système éducatif béninois.





Dans la même rubrique