Côte d’Ivoire : Anne Sandrine Niamien N’zi Kra élevée au grade de chevalier de l’ordre du mérite du ROSCAO à titre posthume

31 mars 2022

Un dernier vibrant hommage inédit à feue Anne Sandrine Niamien N’zi Kra, fille unique de la ministre Henriette LAGOU, Consule Générale du Réseau des Organisations de la Société Civile de l’Afrique de l’Ouest (ROSCAO). A Daoukro (Centre-est de la Côte d’Ivoire dans la Région de l’Iffou), son village natal, où elle a été inhumée le samedi 26 mars 2022, l’illustre disparue a reçu tous les hommages dus à son rang. Jamais et à grand jamais dans l’histoire de Daoukro, aucun décès n’a rassemblé beaucoup de personnalités de hauts rangs, ministres, députés et autorités à divers niveaux et de classes exceptionnelles. En présence du Roi des Baoulé, sa Majesté Otimi Kassi Anvo, des représentants du ministère des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire et de l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Berne (Suisse), la délégation du ROSCAO composée de son président Paul Coovi Adahou, son ambassadeur Ilker Ankun et son porte-parole et chargé de mission Adrien Tchomakou, a décoré à titre posthume Anne Sandrine Niamien N’zi Kra au grade de chevalier de l’ordre du mérite de ROSCAO. C’était aussi une occasion pour la délégation dudit réseau d’annoncer officiellement que son centre de documentation est désormais baptisé « Centre de documentation Anne Sandrine Niamien N’zi Kra ».

Démonstration magistrale de sa Majesté Otimi Kassi Anvo, Roi des Baoulé, aux obsèques de la fille d’Henriette Lagou
Décédée le 17 janvier 2022 en Espagne, Anne Sandrine Niamien N’zi Kra, 1er Conseiller adjoint à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Berne (Suisse), fille des ministres Niamien N’goran et Henriette Lagou Adjoua a été inhumée dans son village natal à Daoukro. Un enterrement qui a connu la présence de Sa Majesté Otimi Kassi Anvo, Roi des Baoulé. C’est vers 11h que le Roi reconnu du peuple Baoulé, précédé d’une imposante délégation de chefs de villages, de cantons et autres notables, a foulé le sol de la place Henri Konan Bédié de Daoukro. Il était habillé aux couleurs de deuil (rouge et noir) et soutenu par deux ‘’gardes de corps’’, eux, en pagne noir. Devant les deux colonnes de chefs de villages et de cantons, on apercevait trois ‘’souffleurs’’ de longue corne (trompettes traditionnelles) qui annoncent l’arrivée du Roi. Celui-ci est précédé du N’gangan, des tam-tams portés sur la tête et les épaules par de jeunes gens. Tous ceux qui se trouvaient sur les lieux se sont donc levés pour lui rendre les honneurs dus à son rang.

A pas cadencés, le Roi se dirige vers Emmanuel Niamien N’goran et Henriette Lagou, attristés par ce décès brusque et douloureux de leur fille, après s’être incliné devant la dépouille. Niamien et Mme Lagou sont assis côte à côte dans le même fauteuil, l’ancienne ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, de blanc vêtue. Le Roi leur adresse des mots de compassion et leur demande de tenir bon dans cette épreuve, puis regagne son trône. Aussitôt installé, c’est son Tchami (porte-parole), Nanan Kouadio Dan, qui fait le tour pour saluer l’assemblée au nom du Roi. Disant ‘’Yako’’ à tous et demandant de prendre courage.
De toutes les oraisons, celle de Mme Perpétue Surena épouse Dago, 1er Conseiller à l’Ambassade de Berne (Suisse), a été la plus pathétique. Entre deux sanglots, elle a rappelé les immenses qualités de l’illustre disparue : ‘’compétence, abnégation, dévouement’’.

Elle a rappelé la grande tristesse de son Ambassadeur Adjoumani et du personnel de l’Ambassade tant elle était appréciée de tous. ‘’Elle était le rayon de soleil de l’Ambassade’’, finit-elle par lâcher. Car, ajoute-t-elle, Sandrine marquait de sa présence, toutes les cérémonies : mariages, anniversaires, naissances, décès etc.
Sandrine Niamien aura marqué sa patronne qui, à la fin de son oraison qu’elle a eu du mal à lire, tenaillée par la douleur, a déclaré : ‘’la mort n’arrête pas l’amour’’.
Il faut rappeler que le Président Henri Konan Bédié, président du Pdci Rda, qui était représenté à la cérémonie par Olivier Akoto, député de Daoukro/Ngattakro, était lui-même présent à l’arrivée du corps de Sandrine Niamien le Vendredi 25 mars 2022 à l’église Saint Pierre et Saint Paul de Daoukro. Par ailleurs, Mme Kablan Aka Sonoh Julie, Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro ; Arlette Badou N’guessan, ministre de la Culture, de l’Industrie des Arts et du Spectacle et son époux ; le député de Daoukro/N’gattakro, l’honorable Olivier Akoto, représentant Henri Konan Bédié, Président du Pdci-Rda ; Raymonde Goudou Coffie, ministre Gouverneur du District autonome des Lacs, Kramo Kouassi, maire de Bocanda, Adom Kolia, président du Conseil régional de l’Iffou, Michel Amani N’guessan, ancien ministre de l’Education nationale sous Laurent Gbagbo ; Nanan Kongo Lagou, Roi de Daoukro, étaient aussi présents sur les lieux. A tous ceux-là, il faut ajouter une forte délégation du ministère des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire conduite par Kabran Assoumou, Directeur de cabinet de la ministre Kandia Kamissoko Camara ; de nombreux diplomates, certains arrivés de Suisse où travaillait la défunte ; sans oublier les délégations des partis politiques, notamment le Pdci-Rda, le Fpi et l’Udpci et celle de la Commission électorale indépendante (Cei), conduite par son Commissaire central et porte-parole Emile Ebrotié.





Dans la même rubrique