Criminalité faunique au Bénin : 4 présumés trafiquants arrêtés avec 18 kg d’ivoires

Adrien TCHOMAKOU 25 mai 2020

04 présumés trafiquants d’ivoires sont tombés dans les mailles de la Brigade Criminelle de Cotonou et de l’Administration Forestière le 20 mai 2020. L’opération qui a eu lieu dans un restaurant de la ville a permis la saisie de 18 kg d’ivoires que les présumés trafiquants s’apprêtaient à céder si les forces de sécurité publique n’étaient pas intervenues. Les présumés trafiquants sont gardés pour la suite de la procédure. En réalité, le trophée d’éléphant qui est une espèce intégralement protégée est interdit de vente. Ces présumés trafiquants arrêtés vont sans doute répondre de leurs actes dès que leurs culpabilités seront prouvées. Selon la loi 2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application, l’article 154 sanctionne d’une amende de 300.000 à 800.000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans, quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Et selon l’article 166, les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions.
Cette arrestation a été faite avec le soutien technique du Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (AALF-Benin) de EAGLE. C’est la preuve que le coronavirus qui sévit actuellement n’a pas fait reculer les trafiquants de la faune qui dans leurs faits et gestes s’organisent pour mettre en mal le patrimoine faunique de la sous-région. Les regards sont tournés vers la justice qui a toujours su jouer sa partition pour accompagner le gouvernement dans la lutte contre la criminalité faunique.





Dans la même rubrique