Cuisine au Bénin : Les épices locales prennent place dans les supermarchés

La rédaction 27 août 2020

Les épices, le plus souvent connues pour leurs arômes et leur utilisation en cuisine, comme conservation, assaisonnement ou colorant échangent désormais leur place dans les marchés pour les étagères des supermarchés de Cotonou.

Dans la cité dortoir à Calavi, les supermarchés ne cèdent plus que de produits manufacturés. Ce dimanche, Hassan, la vingtaine, prend du plaisir à se procurer des épices en bouteilles dans les rayons à Bidossessi. « Par le passé, j’avais l’habitude d’acheter ces épices dans les marchés. C’est souvent attaché dans de petits sachets à 25 ou 50 Fcfa. Mais depuis que j’ai découvert les épices en bouteille vendus dans les supermarchés j’ai automatiquement abandonné celles du marché. Car, je suis plus rassuré ici que sur les étalages de rues. Les composants sont inscrits sur des étiquettes contrairement au marché de quartier. L’on sent que c’est fabriqué par des spécialistes », confie la jeune dame.

« Je suis rassurée pour mon mari … »
Dans ce supermarché, comme ailleurs, les étagères se succèdent. Les produits manufacturés et alimentaires sont déposés les uns près des autres. Chose inhabituelle, les épices prennent place aussi et sont même confondus de loin à des produits importés. Seules les étiquettes permettent de les identifier de plus près. Ce n’est pas une chose incroyable selon une cliente rencontrée dans un autre supermarché à Calavi. C’est plutôt une occasion de manger sain. « Personnellement je n’utilisais pas les épices. Je doutais de la qualité de ce qui est vendu en poudre au marché. J’avais du mal à identifier les ingrédients parce que mon mari ne prend pas le poivre noir. Mais au supermarché, je peux les vérifier moi-même pour savoir si c’est le poivre noir ou le blanc qui a été utilisé pour la fabrication. Je suis désormais rassurée pour mon mari. Depuis que j’ai découvert ces épices mieux conservées et renseignées je ne peux plus m’en passer », déclare Inoussa Aicha, une cliente.

Sur mesure pour une clientèle exigeante
Comme ingrédients de fabrication, le gingembre, l’ail, les feuilles de laurier, le poivre, le curcuma, la menthe poivrée, la Tym, la cannelle, et la noix de muscade, coriandre, oignon, fenouil, aneth, moutarde, clou de girofle, le piment. Ces ingrédients sont utilisés de sorte à respecter les exigences des clients. A celles-ci s’ajoutent des épices de poissons et de crevettes. Avec l’engouement que suscitent ces produits, les PME qui en fabriquent ont-elles de la pression dans le dos. « Avant tout, fabriquer des épices est une passion pour moi car j’adore leurs arômes. Certains clients ne consomment pas des ingrédients tels que le poivre noir. Ils préfèrent donc le blanc ou rien. D’autres préfèrent aussi le curcuma ou autres. Mais parfois d’autre clients préfèrent les ingrédients fabriqués séparément et comme ça ils choisissent ce qui leur correspond en fonction du plat qu’ils veulent cuisiner. Nous sommes obligés de prendre tout cela en compte ». C’est un défi de répondre au besoin du marché, surtout en cette période de pandémie. L’augmentation des prix de certains ingrédients ne nous facilite pas la tâche. Il est aussi difficile de se procurer les bouteilles et les emballages surtout avec ce temps de Covid-19. Il y a aussi la mévente autrement dit, pour écouler les produits, ça prend du temps. Néanmoins, j’arrive à trouver de quoi subvenir à mes besoins », ajoute Yasmine Kodjogbe. L’autre défi, c’est l’organisation du secteur pour une qualité pérenne et garantie.
Mariam MOHAMED (Stag.)





Dans la même rubrique