Douane béninoise : Les nouvelles procédures de dédouanement expliquées aux acteurs portuaires

30 juillet 2021

La Direction générale des douanes et droits indirects du Bénin a organisé hier, jeudi 29 juillet 2020, à l’intention des acteurs de la chaîne portuaire, une séance de discussions sur les nouvelles procédures de dédouanement des marchandises. Cette séance s’est déroulée à la salle de conférence de la douane en collaboration avec Bénin contrôle et Web fontaine

Quelle est l’implication de la certification ISO de l’administration douanière béninoise sur l’activité des acteurs portuaires ? C’est à cet exercice que se sont livrés hier les cadres de la douane face aux opérateurs économiques et commissaires agréés en douane. A en croire le Directeur général de la Douane béninoise, Charles Inoussa Sacca Boco, le premier indicateur de l’amélioration des procédures est le bien être des usagers des douanes. "Votre satisfaction implique inévitablement l’amélioration de nos recettes. En vous donnant satisfaction nous améliorons le niveau de nos recettes", a-t-il mentionné.
Pour lui, l’indicateur du temps de main levée des marchandises a contribué à cette performance de la douane. "La certification nous permet désormais d’avoir des contrats de performance avec chaque cadre responsable de l’administration des douanes", a-t-il fait remarquer avant de témoigner que les plaintes autrefois liées au retard en ce qui concerne le dépôt des courriers disparaissent au fur et à mesure. Avec le partenaire Web fontaine, un outil est aujourd’hui mis en place qui permet en temps réel aux acteurs portuaires, qu’ils soient au Bénin où à l’extérieur de suivre l’évolution de leur dossier.

De nouvelles facilitation...
Un dispositif est désormais mis en place pour permettre aux acteurs de la chaîne portuaire de ne pas tomber sur le coup de la loi. Il s’agit de leur permettre lorsqu’ils ont des doutes sur la marchandise de saisir l’administration des douanes, qui les assistera dans cette procédure. Ce faisant, le risque de tomber sous le coup d’une fausse déclaration devient quasi nul. En plus de cela, il a été accordé des abattements sur un certain nombre de produits compte tenu de la conjoncture et de la concurrence avec les pays voisins. Mieux, un numéro vert est disponible pour l’écoute client. A ce niveau, l’acteur portuaire peut, a quelque niveau de la procédure contacter la douane pour trouver solution à un souci qu’il aura au cours de la procédure. Il y a également une possibilité de recours de l’opérateur économique contre une décision qui serait à son avis jugée erronée sur la valeur de sa marchandise. Ce qui permettra si erreur il y a, à l’opérateur économique de rentrer dans ses droits. Il y a aussi un comité de conciliation présidé par le Ministre d’État chargé de l’économie et des finances en cas de non satisfaction des autres voies de recours. Ces différents mécanismes ont pour but d’accompagner la communauté portuaire pour leur épanouissement dans l’exercice de leur activité.
Pour sa part Jude FAGBÉMI, Secrétaire général de la fédération béninoise des Commissionnaires agréés en douane, cette séance de rencontre est utile à plus d’un titre. " Les choses évoluent avec l’administration douanière. Il est de bon ton que les réformes soient partagées avec les usagers que nous sommes", a-t-il déclaré, soulignant que le changement est constaté par le praticien qu’il est au niveau des opérations douanières surtout en terme de célérité. " Aujourd’hui en 24 heures, maximum 48 heures vous avez la main levée sur vos marchandises. Il y a de bonnes avancées qui facilitent l’amélioration du climat des affaires dans notre pays ", a-t-il conclu.





Dans la même rubrique