Droits de l’Homme : Le contenu du rapport de la CBDH remis à Talon

Fulbert ADJIMEHOSSOU 6 octobre 2020

Il est parvenu au Chef de l’État, le premier rapport de la Commission Béninoise des Droits de l’Homme (CBDH). C’est le Président de l’institution, Clément Capo-Chichi, qui a, en personne remis le document, ce mardi 6 octobre 2020, au Président de la République au palais de la présidence de la République. Ledit rapport met en exergue des violations de droits des citoyens constatées et des progrès significatifs réalisés, par votre gouvernement pour la jouissance des droits. Il y est mentionné aussi des recommandations. Et puisque le Bénin est le seul pays de l’Afrique francophone à ce jour à n’avoir plus de statut depuis 2007, année de la catégorisation des INDH en statut A et B, le statut C n’étant plus considéré, la CBDH tient à cette reconnaissance pour être là où se prennent les décisions. « La reconnaissance de notre Institution nationale des droits de l’homme, dont la dernière accréditation auprès du système des Nations unies remonte à mars 2002 au statut C, est très importante pour que les sacrifices consentis au quotidien par votre gouvernement en matière des droits humains soient reconnus et appréciés à leur juste valeur », a souligné Clément Capo-Chichi. L’un des prochains défis reste donc l’accréditation dans les prochains mois au statut le plus élevé, le statut A, sous l’égide du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, un gage de légitimité et de crédibilité pour le Bénin.
Le Chef de l’État n’est pas resté indifférent au contenu du rapport et aux doléances de la CBDH qui espère aussi de meilleures conditions de travail. « A cet effet, mon engagement reste constant. Il n’y a donc aucune volonté du Gouvernement de violer, de contrarier, d’entraver les droits de l’homme ni de protéger ceux qui les violent. Si donc la Commission, consciente de la nécessité de maintenir notre pays dans le concert des nations démocratiques, s’attèle à jouer son rôle de veille citoyenne et d’éveilleuse des consciences, elle peut être assurée du soutien et de l’accompagnement nécessaire, constants et sans cesse renforcés du Gouvernement. Je puis donc vous rassurer que le Gouvernement se penchera sur les recommandations pertinentes du rapport et mettra en œuvre les actions idoines afin de ne pas rendre vains les efforts de la Commission », a-t-il déclaré. Pour le Chef de l’État, ce premier rapport est aussi le premier test de crédibilité de la Commission, dans sa capacité à observer et reporter sans la moindre influence, la pratique des droits humains au Bénin.





Dans la même rubrique