Elections à la Ccib : Les élus consulaires connus

Arnaud DOUMANHOUN 19 décembre 2019

Terminus ! L’administration provisoire mise en place à la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin est presque en fin de mission, avec la tenue hier des élections des membres de l’Assemblée consulaire.
A quelques heures de la clôture du vote électronique, Alain Hinkati s’est réjoui du bon déroulement du scrutin, mais surtout de la forte participation des opérateurs économiques. « Ce que nous pouvons dire est qu’il y a eu un véritable engouement. Le dispositif de vote électronique est plébiscité par les opérateurs économiques. Le vote a été ouvert à zéro heure et déjà à 8H du matin nous avons enregistré près de 50% des votes émis. A 18h, nous avons eu un chiffre de près de 89% de taux de participation… », a-t-il déclaré.
A l’en croire, l’équipe de la chambre de l’industrie et du commerce a été mobilisée sur toute l’étendue du territoire national, pour apporter de leur appui au besoin mais elle été très peu sollicitée. Car, le dispositif mis en place pour assurer ce vote électronique était facile d’utilisation. La plupart des opérateurs économiques sont restés chez eux pour exprimer leur vote.
« Pour ces élections, nous avons enregistré au total 857 électeurs et les candidatures qui sont enregistrées sont au nombre de 82. Il y avait 69 sièges à pourvoir mais en réalité au total, 60 sièges seront pourvus parce que dans certains corps électoraux, nous n’avons pas pu enregistrer de candidature. C’est ce qui fait qu’on aura 60 sièges à pourvoir… », a expliqué hier Alain Hinkati.
Pour lui, 9 candidatures manquent à l’appel du fait des réformes engagées au sein de l’institution consulaire. Car, certains électeurs auraient voulu être candidats mais ne remplissaient pas les conditions, les critères pour être éligibles. « Nous avons souhaité qu’à l’Assemblée consulaire, on puisse avoir les opérateurs économiques les plus représentatifs. Des opérateurs économiques qui sont irréprochables parce qu’ils sont à jour vis-à-vis de leurs obligations fiscales et sociales. Ce sont ces éléments-là qui n’ont pas permis à certains opérateurs de pouvoir siéger à l’Assemblée consulaire », soutient Alain Hinkati.
Il ajoute également que l’option du vote électronique a réduit les coûts des élections qui sont passés de 600 millions de francs Cfa au moins à moins de 100 millions Fcfa.





Dans la même rubrique