En pleine crise sanitaire de coronavirus au Bénin : Le trafic illicite des animaux sauvages protégés prend de l’ampleur

Adrien TCHOMAKOU 14 mai 2020

En ce temps de coronavirus où les hommes doivent s’éloigner des animaux sauvages pour leur protection, on constate que les trafiquants dans plusieurs pays ne manquent pas de stratégies pour commercialiser les trophées d’espèces interdites de vente. Le plus surprenant, c’est le pangolin qui est soupçonné d’être à l’origine de la transmission du coronavirus à l’homme qui est de plus en plus au cœur du trafic illicite des produits de faune. Or, bien avant l’apparition du covid-19, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), classe le pangolin parmi les animaux interdits de vente. L’apparition de Coronavirus vient enfoncer le clou. Ce qui devrait à nouveau assurer la protection du pangolin qui ne devrait plus être chassé. On constate malheureusement que cette espèce demeure la plus braconnée et est au cœur de trafic illicite des produits de faune pendant la crise sanitaire du coronavirus. Face à cela, il est urgent que tous les pays, surtout ceux d’Afrique s’éveillent et renforcent les mesures de protection du pangolin qui est une espèce menacée d’extinction.
Au Bénin, la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune est celle qui encadre les actions de lutte contre la criminalité faunique. On peut au passage reconnaître les efforts que font les acteurs de la justice pour accompagner le gouvernement et les activistes à travers des décisions dissuasives dans le sens de la protection du patrimoine faunique du Bénin et de la sous-région. On se souvient encore de l’affaire de 513 kg d’écailles de pangolins interceptés en mars 2018 au fret de l’aéroport de Cotonou. L’auteur principal de nationalité chinoise a été condamné à 36 mois d’emprisonnement fermes, à 2.000.000 d’amendes et 40.000.000 de dommages-intérêts.
Dans beaucoup de pays depuis l’apparition du coronavirus, nombreux sont les trafiquants qui sont arrêtés. En janvier 2020 au Nigéria dans l’Etat de Lagos il y a eu la saisie de 9,504 tonnes d’écailles de pangolins correspondant environ à 28.500 pangolins, découverts à l’intérieur de deux conteneurs maritimes de 20 pieds, informe le bulletin du Robin des bois publié le 30 avril 2020. Le 8 mai 2020, les activistes de Laga au Cameroun ont mis aux arrêts 3 présumés trafiquants avec deux grosses pointes d’ivoires. Dans d’autres pays, des trafiquants sont arrêtés avec des pangolins morts, des écailles et des trophées d’autres espèces intégralement protégées.
Le constat est que le commerce illégal d’animaux sauvages est florissant pendant cette crise sanitaire de coronavirus. Il urge que le Bénin avec l’appui des activistes et surtout de la brigade cynophile renforce les mesures de surveillance à ses frontières et à l’intérieur du pays pour la protection des animaux sauvages menacées d’extinction.





Dans la même rubrique