Enseignement supérieur et recherche scientifique : 86 enseignants de l’Uac bientôt admis à la retraite, la promesse du gouvernement

Adrien TCHOMAKOU 9 octobre 2019

A l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), tout n’est pas rose. Les difficultés qui entravent le bon déroulement des activités académiques sont nombreuses et se résument au manque d’enseignants, à l’insuffisance des salles de cours et d’amphis et au non-paiement de certaines primes aux enseignants. Le recteur de la plus grande université du Bénin, Maxime da Cruz a tout dévoilé hier suite à la descente du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, dans ce haut lieu du savoir. Selon ses propos, l’effectif du personnel enseignant à l’Uac diminue d’année en année depuis 1990. Une tendance accentuée avec le gel des recrutements des agents de l’Etat. Ce qui a davantage plongé l’Uac dans un état de dénuement total. Si onze enseignants de l’Uac seront admis à la retraite le 31 décembre prochain, soixante-quinze autres feront aussi valoir leur droit à une pension de retraite avant fin 2021. Faut-il le rappeler, de 2016 à 2018, vingt-huit professeurs titulaires, treize maîtres de conférence et trente-huit maîtres assistants, professeurs assistants et assistants ont été admis à la retraite. C’est dire que le déficit est grand et il urge que le gouvernement prenne ses responsabilités pour qu’on remonte la pente. Dans sa plaidoirie, le recteur Maxime da Cruz souhaite le recrutement du personnel enseignant en nombre suffisant à l’Uac, le recrutement du personnel administratif, technique et de service, le renforcement de capacités et le perfectionnement du personnel existant. Par ailleurs, il exige la construction d’infrastructures pédagogiques car, au campus d’Abomey-Calavi, les apprenants ont besoin de 42 salles dont 08 de grande capacité pour achever les activités dans le temps réglementaire. L’Uac ne dispose actuellement que de 31 salles dont 05 de grande capacité.
La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan a promis porter toutes ces doléances à la connaissance du chef de l’Etat pour des solutions idoines. Elle n’a pas manqué de féliciter le personnel enseignant pour sa détermination à former des ressources humaines de qualité pour un Bénin nouveau. Eléonore Yayi Ladékan a invité les uns et les autres à jouer convenablement leur partition pour l’accompagnement des réformes en cours dans l’enseignement supérieur.





Dans la même rubrique