Enseignement supérieur privé : L’Adepes exige l’annulation des frais de la cosignature des diplômes

Isac A. YAÏ 20 novembre 2013

Annulation pure et simple des 25.000 F Cfa exigés par le ministère de l’enseignement supérieur pour la signature des diplômes de licence et de master délivrés par les universités privées. Telle est l’exigence de l’Association des établissements privés d’enseignement supérieur (Adepes). Elle a fait connaître sa position à travers une déclaration faite hier dans les locaux du groupe Cerco. Pour Alain Capo-Chichi, vice-président de cette association, cette somme est exorbitante pour un étudiant en quête de l’emploi. Le ministère doit donc annuler ce frais ou à défaut le ramener au plus à 2.000 F Cfa. « La signature d’un diplôme, en tant que formalité administrative destinée essentiellement à crédibiliser ledit diplôme, ne devrait pas coûter aussi cher… L’enseignement supérieur au Bénin est unique. Il n’existe pas un enseignement supérieur public et un enseignement supérieur privé. Les 25.000 F Cfa ainsi imposés pour la signature des diplômes délivrés aux étudiants des écoles privées représentent une discrimination manifeste entre les étudiants du secteur public et ceux du secteur privé », a martelé le vice-président. Pour lui, il y a une injustice qui règne car, les étudiants du secteur public ne paient ni pour la signature de leurs diplômes, ni pour la scolarité, alors qu’ils se rendent tous sur le même marché de l’emploi. L’Adepes appelle donc les autorités du ministère au bon sens et au dialogue.





Dans la même rubrique