Entretien avec Huguette Bokpè Gnacadja, Secrétaire Exécutive INF : « L'arsenal juridique est disponible, mais rien n'empêche qu'il soit renforcé »

La rédaction 29 septembre 2021

Huguette Gnancadja est la secrétaire exécutive de l’Institut National de la Femme (INF). Elle s’est prononcée sur l’annonce faite au sujet du renforcement des mesures qui seront prises pour protéger davantage la femme contre les abus qu’elle subit dans notre société actuelle.

Ces dernières années, on a remarqué de nouvelles formes de violences exercées sur la femme mais aussi par les femmes sur les hommes. Comment expliquez-vous cela ?
À vrai dire, je ne sais pas s’il existe de nouvelles formes de violences. Peut-être si vous me donnez des exemples précis, je comprendrai mieux. Mais, ce que moi j’observe, c’est surtout une persistance des violences habituellement exercées contre les femmes et tout particulièrement une recrudescence des violences faites aussi avec des victimes de plus en plus jeunes. Il existe sans doute des actes de violences exercés par des femmes sur des hommes. Mais nous devons reconnaître ensemble que leur proportion est bien moindre comparée à la violence qui est exercée contre les femmes et les filles. Lorsque la violence est cernée dans ce sens, en général, elle reste floue à une violence qui a été trop longtemps subie par la femme à de la colère, de la frustration contenues depuis des années…

Je sens que vous penchez beaucoup plus du côté des femmes. Il y a des hommes qui subissent cela en silence également et qui parfois explosent aussi. Vous le savez ?
Je ne pense pas en faveur de la femme. Les faits nous montrent que la violence qui constitue un phénomène dans notre société c’est la violence exercée par des hommes contre les femmes et les filles. Donc, c’est un fait. Comme je disais tout à l’heure, ça existe, la violence exercée par des femmes sur les hommes. Ça existe et on en parle. Mais, ça n’a pas de communes mesures avec la violence exercée contre les femmes, contre laquelle nous luttons depuis longtemps. Et je dis que ce sont les valeurs qui sont véhiculées dans le contexte socioculturel dans lequel nous sommes qui font qu’il y a comme une banalisation de la violence à l’égard de la femme et qu’elle persiste. L’éducation qu’on a reçue ne permet (rarement) dans la tête d’une femme qu’elle puisse frapper un homme.

Mais ces dernières années, dans les foyers, l’homme par exemple n’a pas envie de sortir dehors pour dire j’ai été violenté par la femme. Ce n’est pas bien vu dans la société. Dans tous les cas, vous reconnaissez que des deux côtés il y en a mais beaucoup plus de l’homme vers la femme. Alors, face à cela, le gouvernement veut protéger davantage les femmes. Mais, les mesures qui sont annoncées, est-ce totalement la solution à votre avis, lorsqu’on sait que déjà il existait des textes qui permettaient de régler ce problème ?
Vous savez, il existe un arsenal juridique. Et cet arsenal juridique est ouvert aussi bien à l’homme qu’à la femme. Personne n’interdit à un homme qui subit une violence de se plaindre en justice. L’arsenal juridique est disponible, mais rien n’empêche qu’il soit renforcé dans la mesure où certaines infractions qui sont précisément telles que dit la loi envisagée incluent une approche particulière qui requiert plus de fermeté dans la répression. C’est le cas du harcèlement sexuel en milieu professionnel et en milieu de formation d’enseignement par exemple. Et ce renforcement de la loi, il ne faut pas le voir comme un sujet isolé. Il faut savoir qu’il est ajouté à ce renforcement de la loi la mise en place de mesures institutionnelles d’accompagnement dans la mise en œuvre des lois qui sont envisagées. Et ça constitue un ensemble dont on va espérer que l’acclimatation constitue une solution durable. Et j’insiste sur le fait que la loi est ouverte à la femme et à l’homme. Et que si un homme subit une violence, il a le droit de se plaindre.

Alors, selon les propos du Chef de l’État, la tâche sera en grande partie confiée à l’Institut National de la Femme. Comment vous comptez-vous vous y prendre pour des résultats concrets sur le terrain ?
L’institut National de la Femme est appelé à contribuer à la création des cadres institutionnel (l’accueil et conseils des victimes, à la mise en place, de l’hébergement) juridique (cas spécial qui soit favorable à une évolution harmonieuse des filles et des garçons, des femmes et des hommes). L’institut va organiser ou favoriser un dialogue social pour l’élimination de toutes les attitudes et des clichés qui perpétuent la violence et la discrimination à l’égard des femmes et des filles. Et ce dialogue social sera inclusif des acteurs politiques, religieux, autorités traditionnelles, les élus locaux et tous ceux qui peuvent constituer des leviers dans leur communauté. On va proposer l’intégration de l’éducation à la non-violence et l’égalité homme femme dans l’enseignement, depuis la base. Parce que s’il y a quelque chose dont on souffre c’est l’éducation. C’est l’éducation qui fait qu’on pense qu’on peut discipliner une femme, qu’on peut corriger une femme. C’est l’éducation aussi qui fait qu’on se tait. Donc c’est sur tous ces volets que l’Institut National de la Femme va travailler.
Transcription Patrice SOKEGBE





Dans la même rubrique