Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Entretien avec Valérie Dotou sur le mariage et ses réalités ; « Le secret du bonheur dans le couple africain réside dans la place que chacun occupe »

Le mariage reste et demeure une question préoccupante non seulement pour les conjoints mais également pour les familles. Pour une raison ou une autre, les mariages se font et se défont avec toutes les conséquences y afférentes. Cependant, les réalités liées au mariage ne sont point les mêmes en Afrique et en Europe bien que la finalité reste la même. Si l’infidélité est l’une des principales causes de divorce sur le vieux continent, en Afrique, il y a beaucoup plus de tolérance quant à l’infidélité de l’homme. Dans un entretien exclusif, Valérie Dotou, directrice générale de l’agence matrimoniale “l’Aube d’un soir ‘’ nous parle des nuances entre le mariage en Afrique et en Europe.

JPEG - 40.3 ko

En votre qualité de responsable d’agence matrimoniale, quelle comparaison faites-vous entre le mariage en Afrique et en Europe ?
Le mariage en Afrique comme en Europe a la même finalité, c’est-à-dire partager ensemble une vie pour y semer et produire des fruits, tels que les enfants, les projets et également construire le bonheur ensemble. Mais, il faut reconnaître qu’il y a un peu de nuances en matière de pratique en Afrique qui diffère de l’Europe. Par exemple, l’infidélité n’est pas perçue de la même manière en Afrique qu’en Europe. L’infidélité peut-être cause de divorce en Europe, mais en Afrique il y a beaucoup plus de tolérance au niveau surtout de la femme qui considère d’entrée de jeu que son homme peut être infidèle, alors qu’en Europe la femme peut divorcer pour cause d’infidélité. Il faut reconnaître que le mariage en Europe n’appelle pas forcément l’intervention des familles, contrairement en Afrique où la famille a une place prépondérante dans le choix et également dans la construction du foyer. Je pense que ça aide beaucoup dans les règlements de conflits en Afrique où les parents peuvent intervenir quand il y a altercation. Il y a de petites nuances qui montrent une différence entre le mariage en Afrique et en Europe.

Pour beaucoup, le mariage reste une question complexe et mérite qu’on s’y prépare avant tout engagement. Parlez-nous alors des contraintes du mariage ?
Aujourd’hui, il urge de mettre les gens en contact comme cela se faisait avant. Ce n’est pas une nouveauté. Comprenez qu’en Afrique comme en Europe, on ne se mariait pas dans la rue, c’est toujours des présentations, soit c’est la famille de l’homme qui va contacter la famille de la femme pour essayer de négocier un éventuel mariage. Il est vrai que la situation a été assez modernisée et les civilisations ont évolué, aujourd’hui, nous ne sommes plus au temps où on pourrait draguer facilement dans la rue pour trouver son âme-sœur. C’est cela qui explique surtout les déceptions et les divorces qui surviennent. De nos jours, surtout en Europe, les gens font recours aux agences matrimoniales pour être sûrs en termes de profils avant de se mettre en couple. Avec nous, chaque adhérent est étudié et le profil est disponible pour que le demandeur puisse savoir à qui il a affaire. En Europe, Il n’y a plus trop de plateformes où les gens peuvent se rencontrer réellement avec du sérieux. En Afrique, il urge que les demandeurs se rencontrent parce qu’il y a beaucoup de personnes qui sont prêtes pour se marier, mais ne rencontrent pas forcément l’âme-sœur. Soit, ce sont des gens qui sont à des postes de responsabilité les empêchant de se ridiculiser dans la rue en cherchant une femme ou un homme. Je prends le cas des femmes qui ne peuvent pas rendre public leur statut de célibataire au regard de leur rang social. C’est donc beaucoup de complexités qu’on n’imagine pas dans cette histoire du choix du conjoint. Maintenant, si c’est pour flirter, ça c’est plus facile. Mais quand on parle du mariage ça devient beaucoup plus sérieux. C’est pour cela il y a une nécessité de mettre les gens en contact pour que ceux qui veulent les mêmes choses se retrouvent sur une plateforme de rencontres des demandeurs du même produit.

Si on vous demandait de révéler le secret du bonheur dans un ménage, que direz-vous ?
Le secret du bonheur dans le couple africain réside dans la place que chacun occupe. En Afrique l’homme a une place de choix, la femme en a une, mais elle est réellement l’aide de l’homme et elle se considère sous le toit de l’homme. Et l’existence de ce respect, de cette différence entre les deux constitue un élément positif dans la réussite du couple, en ce sens que la femme ne cherche pas à jouer à une parité béate, mais au contraire elle se met à sa place pour accompagner son homme dans la vision du couple parfait. Il faut reconnaître qu’en Afrique, l’éducation des enfants est confiée à la femme et l’homme a un rôle de superviseur, ce qui n’est pas forcément le cas en Europe. Donc, le bonheur dans le couple en Afrique a toujours été basé sur les réalités traditionnelles qui imposent à la femme une certaine tenue et à l’homme une certaine responsabilité.

Beaucoup de couples naissent virtuellement depuis l’avènement des réseaux sociaux. Et sans se voir physiquement, des sentiments naissent. Si certains parviennent à convoler en juste noce, la plupart de ces mariages ne durent point. Qu’en pensez-vous ?
Il est vrai que les sites de rencontres jouent un rôle important dans la mise en contact des personnes désireuses de se mettre ensemble. Mais il y a une insuffisance en ce sens que quand vous êtes sur un site de rencontres, vous ne savez pas à qui vous avez à faire. Il y a beaucoup de mensonges… Alors que dans une agence matrimoniale, nous faisons des rencontres avant que le dossier ne soit bouclé et présenté à un adhérent. Cela veut dire qu’avant les rencontres, nous faisons des enquêtes. Nous nous assurons que la personne existe réellement, elle est disponible et désireuse de s’engager… Nous ne sommes donc pas là pour mettre les gens en contact et après célébrer leur divorce.
Propos recueillis par Isac A. YAÏ

5-12-2018, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
La polémique n’a jamais été aussi forte. L’article 242 du code électoral relatif à l’attribution des sièges aux législatives est diversement interprété (...) Lire  

Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture (...)
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2850

Wiki loves Africa 2019 : Le cnfc accompagne les wikimédiens du (...)
12-02-2019, La rédaction
Dans le cadre du lancement du concours Wiki Loves Africa 2019, ils étaient une vingtaine à participer à une séance de (...)  

Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du (...)
11-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Les autorités d’enquête et de poursuite pénale, maillons clés en matière de la lutte contre le blanchiment de capitaux et (...)  

Projet de gestion des déchets dans le Grand Nokoué : José Tonato (...)
11-02-2019, La rédaction
Dans le Grand Nokoué, le Gouvernement change de fusil d’épaule quant à la gestion des déchets. Le ministre du cadre de (...)  

Promotion des droits de l’enfant : Globe, un monde plus juste (...)
11-02-2019, Isac A. YAÏ
Un géant globe décoré par 7500 photos d’enfants pour promouvoir leurs droits. Cette initiative de l’association (...)