Examen national de licence session de 2022 : 37 candidats en pratique professionnelle à Esmer

Isac A. YAÏ 24 août 2022

Ils sont au total 37 candidats dont 7 filles à composere la phase pratique à l’Ecole supérieure des métiers des énergies renouvelables (Esmer) transformée en centre de composition pour abriter l’examen national de licence session de 2022. Ainsi, du 23 au 25 août prochain ces candidts en génie électrique et énergies renouvelables feront des montages capables d’alimenter des appareils à partir d’un système solaire. « Esmer a mis en place les moyens nécessaires et le matériel adéquat pour nous accueillir afin que ces travaux pratiques se déroulent très bien. Nous avons eu plusieurs épreuves. Parmi elles, des systèmes solaires pour produire de la tension continue 24 volts pour alimenter des équipements mis sur un courant continu. Nous avons donc utilisé des onduleurs afin d’avoir une sortie alternative pour alimenter des équipements alternatifs », a expliqué Anelka Kakpo candidat à cet exmen. Pour les candidats, cette phase pratique se déroule bien avec les différents montages auxquels ils sont soumis. « Nous avons fait plusieurs montages. Certains de 12 volts, d’autres de 24 volts », a précisé Clarisse Hounsou.

Ainsi, en binôme ou en trinôme, des candidats ont affronté cette phase pratique avec confiance et assurance. « J’ai travaillé en binôme sur un système de 24 Volts. Nous avons utilisé 2 panneaux et 2 batteries de 12 Volts chacune avec une capacité de 150 Ampères. Nous avons aussi utilisé un onduleur de 24 volts et un régulateur… Des outils de protection comme des disjoncteurs, des fusibles… ont été utilisés. Comme c’est un système de 24 volts, nous avons monté les panneaux et les batteries en série… Cette phase pratique s’est bien passée », rassure Doriacce Métolè Nougbodohoué.
Pour Christophe Ahouanto, superviseur du centre d’examen, Esmer n’a pas été choisie au hasard pour abriteer la phase pratique de cet examen de licence. Elle a donc été choisie pour son savoir-faire dans le domaine. « C’est une école qui forme des gens aux énergies renouvelables. Elle a donc le dispositif technique dont on a besoin pour la phase pratique d’un tel examen », a-t-il expliqué. « La ministre a choisi Esmer pour la confiance que cette école inspire et pour tous les équipements que nous avons, surtout pour nos différentes prestations sur le plan national et dans la sous-région », a renchéri Hyppolite Hounnou, chef centre adjoint.





Dans la même rubrique