Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Exercice en clientèle privée : 81 médecins spécialistes quittent le service public

JPEG - 64.7 ko

L’injonction faite par le gouvernement aux praticiens de la santé exerçant dans le service public risque d’être lourd de conséquences. Forcés à choisir entre exercer en clientèle privée ou être fonctionnaires de l’Etat, ils sont nombreux à laisser libre cours à leur penchant pour le privé. Ainsi, 81 médecins spécialistes viennent de renoncer à leur titre de fonctionnaire. Du moins, selon l’arrêté portant autorisation de l’exercice en clientèle privée de la profession médicale, des gynécologues, obstétriciens, chirurgiens traumatologues, orthopédistes, généralistes, pédiatres, immunologues, hématologues et pathologues médicaux, ophtalmologues, dermatologues, vénérologues, rhumatologues, biologistes, cardiologues, anesthésistes réanimateurs, radiologues, neurologues et bien d’autres sont autorisés à exercer la profession de médecin spécialiste en clientèle privée dans le respect de la déontologie et des textes en vigueur. Mais : « au cas où il s’avèrerait que le bénéficiaire d’une autorisation conserverait des liens contractuels ou similaires avec une formation sanitaire publique, la présente autorisation s’annule automatiquement ». Avec une telle autorisation, les personnes concernées sont désormais exclus des formations sanitaires publiques.
Et c’est là tout l’enjeu, surtout quand on se réfère au nombre insuffisant de médecins spécialistes. Certes, ces départs ‘’volontaires’’ prouvent à suffisance que le diagnostic posé par le gouvernement et qui fait état de ce que ces fonctionnaires délaissaient le public au profit du privé est exact. Seulement, le vide laissé causera davantage de tort aux usagers des hôpitaux publics notamment les plus démunis. Il va alors falloir que l’Etat prenne dans les meilleurs délais des mesures palliatives. Mieux, il doit se pencher sur les réels problèmes qui ont facilité cette ruée vers le privé. Car, ce nombre impressionnant de démissionnaires devrait interpeller à plus d’un titre.

2-11-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Drame, larmes et après ?
18-02-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2880

Papa pour la première fois : Merveilleuse histoire de vie après (...)
19-02-2019, La rédaction
L’une des meilleures expériences que peut faire un homme sur terre, est de devenir père. Une responsabilité pas des (...)  

Moutawakil Boukari Malick au sujet du site d’accueil des pèlerins : (...)
19-02-2019, La rédaction
Le Gouvernement met les bouchées doubles pour offrir de meilleures conditions aux pèlerins au Hadj. Le conseil des (...)  

Comè / Lutte contre la criminalité faunique : 2 présumés trafiquants (...)
18-02-2019, La rédaction
Le gouvernement du Bénin fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille pour la protection (...)  

Naufrage d’une barque sur le fleuve Niger : L’Anpc vole au secours (...)
18-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Du soutien, les rescapés du naufrage survenu, il y a quelques jours, sur le fleuve Niger à Karimama en ont reçu de la (...)