Fête de travail à Cotonou : BSIC sacrifie à la tradition

11 mai 2022


Les travailleurs de la Banque Sahélo-saharienne pour l’investissement et le Commerce (BSIC) étaient en retrouvailles le samedi 7 mai 2022 à la résidence Mosaly à Cotonou. C’est également une occasion de célébrer la fête de travail entre collègues.

Le personnel d’administration et des agents de BSIC renouent avec leurs convivialités d’antan. A l’occasion de la célébration de la fête de travail, il faut rendre un hommage mérité aux travailleurs de la BSIC. Une tradition qui, depuis deux ans, ne les a guère réunis en raison des exigences dues à la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus. C’est à Auguste Adelakoun, directeur adjoint chargé des relations humaines représentant le directeur général que l’honneur a échu de souhaiter bonne fête de travail aux siens.

« Je vous souhaite bonne fête de travail », a-t-il formulé. Aussi, a-t-il mis en avant la synergie d’actions qui peut exister entre les responsables et les agents. « La direction générale soutient toujours à travers les résultats de l’année 2021 où la BSIC a fait un effort d’avoir un résultat un peu conséquent. Par le biais de ces résultats, la direction générale a dicidé de soutenir le personnel à travers un geste qui nous a été fait récemment. La direction générale est à l’écoute. Elle n’a pas oublié vos doléances et au moment opportun, les solutions vont venir », a-t-il confié. Il a également exhorté les agents à plus d’efforts. « Qu’on ait cette année le double du résultat de l’année dernière. Et les gestes seront conséquents également. A nous de nous mettre au travail. Surtout dites-vous qu’on est une famille et nous le sommes effectivement car nous passons la majorité de nos temps au travail. Que l’atmosphère de la fraternité y règne », souhaite Auguste Adelakoun. Pour Constant Gangbe, secrétaire général adjoint de BSIC, c’est une grande joie d’être à nouveau réunis ». Il a également levé le voile sur l’importance des travailleurs de la banque dans l’essor économique. « Sachez, chers camarades, que la croissance économique réelle ne peut se faire sans la participation des vaillants travailleurs que nous sommes car, à travers nos savoir-faire, nos stratégies quotidiennes, nous apportons beaucoup au développement de notre institution », a-t-il fait savoir. À l’en croire, le travail est une valeur indispensable pour toute société humaine en quête de progrès et de bien-être. « C’est donc à juste titre que Simon Pierre affirme que “le succès est un chemin que la patience et le travail rendent accessible”. C’est pourquoi je vous demande de continuer à poursuivre nos efforts en vue de hisser davantage la BSIC parmi les meilleures des institutions bancaires de notre pays », a exhorté Constant Gangbe.

Le secrétaire général adjoint de la BSIC n’a pas non plus manqué d’évoquer les efforts consentis au niveau du bureau syndical. « Au niveau du bureau syndical, nous nous battons et continuerons à nous battre pour une amélioration des conditions de travail », a-t-il indiqué. En ayant rappelé que la célébration du 1er mai ne doit pas être seulement un rituel mais aussi une occasion d’évaluer les acquis et de réfléchir aux nouvelles perspectives, Constant Gangbe, au nom de ses collègues, s’estime fier d’avoir des acquis. Aussi les a-t-il invités à continuer à se battre contre toute injustice et la précarité par tous les moyens en utilisant toutes les techniques.

Fidégnon HOUEDOHOUN (Stag)





Dans la même rubrique