Fiacre Aristide k. Hounkpatin, Inspecteur d'Action Sanitaire : "L’eau stagnante et mauvaises herbes constituent un réservoir de production et de développement des moustisques"

20 avril 2022

Les premières pluies qui se sont abattues sur la ville de Cotonou et ses environs ces derniers temps ont donné lieu à la présence massive des moustiques qui infestent les agglomérations. Dans cet entretien, Fiacre Aristide k. Hounkpatin, Inspecteur d’Action Sanitaire (IAS) et Infirmier Diplômé d’Etat (IDE) en appelle aux populations, notamment sur le risque du paludisme.

Fraternité : la présence massive des moustiques dans les maisons après les premières pluies ces jours-ci est constatée. Comment peut-on comprendre ce phénomène ?
Fiacre Aristide k. Hounkpatin : Ce phénomène s’explique par le fait que juste après les pluies, l’eau stagne et favorise la poussée assez rapide des mauvaises herbes. Le cocktail eau stagnante et mauvaises herbes constituent un réservoir de production et de développement des moustiques

Est-ce que cela a un impact sur la santé humaine ?
Bien sûr que oui. Vous n’êtes pas sans savoir que lorsqu’on se fait piquer par ces moustiques en l’occurrence l’anophèle (moustique femelle) qui est le vecteur du paludisme, on a toute les chances d’attraper le paludisme.

Parlant du paludisme, comment se manifeste-t-il ?
Le premier symptôme du paludisme, c’est la fièvre. Cette fièvre peut monter très rapidement jusqu’à aller de 38 à 40 dégrés et durer dans le temps, entre 1h et 4h à un moment donné de la journée. Cela peut être le matin ou le soir. En plus cela, on peut aussi noter les courbatures, le mal de tête accompagné parfois de vomissement.

Quelqu’un chez qui on constate les symptômes du palu est sensé faire quoi dans l’immédiat ?
Le prémier réflexe lorsqu’on constate les symptômes du paludisme chez un individu, est de se rendre à l’hôpital. Qu’il soit conduit vers une formation sanitaire ou à un centre de santé. Qu’il soit conduit à l’hôpital. Même l’automédication n’est pas conseillée.

Est-ce que le paludisme peut tuer ?
Bien entendu qu’il tue, le palu. Le paludisme fait partie des causes de mortalité infantile enregistrées en Afrique chaque année.

Comment est-ce que le paludisme est traité ?
Je ne peux pas me mettre à expliquer comment le palu est traité au risque d’amener les populations à pratiquer l’automédication. On traite le paludisme suivant un protocole de soins et c’est le médecin ou le personnel médical compétent qui est habileté à donner ce protocole de soins. Pour une meilleure prise en charge, il faut se rendre dans une formation sanitaire, dans une clinique ou dans un hôpital de zone et suivre les prescriptions du médecin ou de l’infirmier.

Y a-t-il des dispositions à prendre à cet effet ?
Comme disposition il faut lancer des campagnes de prévention et de lutte contre le paludisme

Savez-vous par hasard s’il existe des organisations étatiques ou internationales qui accompagnent les populations dans la lutte contre le paludisme ?
Je sais qu’il y a des campagnes de lutte contre le paludisme qui sont organisées. Donc il y a forcément des structures qui s’en occupent. Le ministère de la santé initie des campagnes à la fin desquelles des moustiquaires sont distribuées aux populations.

Est-ce que les campagnes de distribution de moustiquaires impregnées se poursuivent-elles encore à l’époque où la COVID-19 préoccupe plus les autorités en charge de la santé publique ?
Les structures mises en places pour les campagnes existent toujours. A cause des gestes barrières à la COVID-19, les activités ont été suspendues de façcon temporaire. Comme des mesures ont été déjà levées, les structures pourront reprendre leurs activités, je l’espère.

Un appel à lancer aux populations, notamment, celles qui vivent dans des zones marécageuses ?
Mon message à l’endroit de ces populations est d’abord d’éviter de jeter des ordures dans les eaux stagnantes et surtout il faut qu’elles dorment sous moustiquaire imprégnée d’insecticides à longue durée d’actions.
Propos recueillis : Fidégnon HOUEDOHOUN (Stag)





Dans la même rubrique