Flora Agbra, Ambassadrice de Paix Bénin : « Nous ne voulons pas du favoritisme, mais 50% de femmes à l'Assemblée Nationale »

8 mars 2022

Le Bénin célèbre la journée internationale de la femme depuis des années. Avez vous l’impression qu’il y a du changement ?
Oui ! Il y a de changement en ce sens que de nombreuses femmes s’affirment de nos jours, c’est vrai que le résultat obtenu n’est pas autant satisfaisant mais c’est déjà louable et encourageant ce changement, cette volonté et cet effort.

Le thème de cette année est : L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable Que vous inspire ce thème ?
Il faut dire que le Bénin est encore à cette époque où c’est l’homme qui doit avoir une source de revenus de plus afin de dominer la femme. Nonobstant l’évolution du siècle, ils continuent de nourrir cette mentalité du fait que la femme qui perçoit une rémunération bien plus élevée que celle d’homme est mal polie et arrogante tout en ignorant les aspects positifs, le soutien, l’accompagnement,.... que cette dernière apporte à sa communauté en général et sa famille en particulier.
Si la femme occupe la même fonction et exécute les mêmes travaux que l’homme, je pense qu’ils où elles doivent percevoir le même salaire sans aucune discrimination de sexe.

Au plan professionnel, on note encore une inégalité salariale entre les hommes et les femmes. Comment expliquez vous cet état de chose au Bénin ?
Juridiquement, il faille dénoncer ces faits si ces cas existent vraiment.

Il y a quelques mois, le Chef de l’Etat a promulgué des lois en faveur des femmes et des filles. Celle qui a provoqué une vive polémique, c’est la loi relative à l’avortement sécurisé. Pouvez-vous nous expliquer le bien-fondé de cette loi ?
Personnellement, je salue cette loi qu’ont votés nos disputés Dorénavant, les femmes, nos jeunes sœurs savent qu’une loi les protège en cas de décision personnelle pouvant leur permettre d’interrompre leur grossesse qui peut-être veut nuire à leur santé, études, formation professionnelle, etc... Plusieurs sont ces femmes, ces filles qui meurent sans trace tout simplement parce qu’elles ont peur du qu’en dira-t-on de mon état, de ma grossesse tout en prenant des décisions toutes seules, lesquelles les traînent peut-être dans l’au-delà.

Quelle est la démarche à mener pour susciter l’adhésion de la population ?
Une campagne de sensibilisation à travers les réseaux sociaux, les Ong, que ça soit dans nos écoles, marchés, ateliers de formation... afin qu’elles comprennent la quintessence de cette décision du gouvernement.

Nous constatons depuis quelques mois des dénonciations de viols généralement sur mineures au Bénin. Pensez-vous que le phénomène prend de l’ampleur ou c’est une volonté de décourager ce fléau ?
Bien évidemment que ce vilain fléau prend de l’ampleur dans notre société. La vie de nos sœurs et enfants est vraiment menacée. Une nouvelle loi doit être votée pour punir avec la dernière rigueur les pratiquants de cet acte.

Nous sommes encore la veille des élections législatives au Bénin. Est-il possible d’espérer une forte représentativité des femmes à Assemblée nationale ?
Les femmes sont déterminées plus que jamais pour les élections législatives prochaines. Nous ne voulons pas du favoritisme mais plutôt 50% de femmes à l’Assemblée Nationale.

Même si l’Exécutif et le législateur donnent un coup de pouce aux femmes politiques, elles ont du mal à faire montre de leadership. Pourquoi cette hésitation ?
Absolument pas, elles n’hésitent ni de leur intelligence ni de leur leadership. C’est plutôt cette discrimination, cette marginalisation que font les hommes sur les échiquiers politiques qu’elles craignent et qui d’ailleurs montrent leur minorité jusqu’à nos jours à l’Assemblée Nationale.

- Quelle solution préconisez-vous pour susciter une candidature massive des femmes ?
Que les femmes soient traitées au même titre d’égalité que les hommes, qu’elles occupent désormais la tête des listes. Optimistes, nous sommes et croyons fermement que les élections législatives de 2023 seront favorables à l’égard des femmes.

Un mot à l’endroit de nos lecteurs ?
Je souhaite une agréable fête à toutes les béninoises.





Dans la même rubrique