Formation des acteurs des médias : Une Plateforme numérique bientôt à leur disposition

4 novembre 2021

Les professionnels des medias toutes catégories confondues, ont pris part, le jeudi 28 octobre dernier, à un atelier de validation de la plateforme numérique élaborée à leur profit. Cet atelier initié par l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb), s’est déroulé à l’Infosec de Cotonou. Il s’agit d’un projet de recyclage soutenu par la Haac avec l’appui financier de l’Union européenne.

Doter les acteurs des médias d’une plateforme e-learning leur permettant d’acquérir de nouvelles connaissances et améliorer la qualité de leur travail au quotidien. Tel est l’objectif de cet atelier qui a consisté à examiner, améliorer et valider ce document numérique. Avant son opérationnalisation, l’Upmb présidée par Zakyath Latoundji a tenu à recueillir les appréciations et suggestions des cibles quant à la proposition de contenu élaboré par un expert-média et la conception de la plateforme elle-même. « De ces travaux, sortiront de pertinentes propositions, suggestions et recommandations qui permettront à l’Upmb de disposer d’une plateforme de qualité répondant aux besoins de formation des professionnels des médias du Bénin », a-t-elle formulé à l’ouverture de l’atelier.
La plateforme numérique de formation est élaborée pour contenir des modules de qualité avec différents contenus (vidéos, audios, écrits), a décrit le consultant Donald Azocli. Elle sera accessible aux professionnels des médias toutes catégories professionnelles confondues (radio, télévision, presse écrite) et tous les corps de métier (journalistes, graphistes, cadreurs…). Ces hommes de médias seront appelés à y recourir n’importe quand et quelle que soit leur situation géographique. « Tout se jouera au niveau du contenu », a insisté Zakyath Latoundji. « Aujourd’hui, le challenge est d’œuvrer à avoir suffisamment de contenus pour meubler notre plateforme. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle n’est pas encore mise en ligne », a-t-elle expliqué. Le contenu déjà positionné concerne les journalistes. Préparé par Clément Adéchinan, fondateur de l’école supérieure Esae, il porte sur les genres phares Reportage-Grand reportage et Enquête-Investigation. Dans sa présentation, il a relevé leur noblesse, leur rareté dans la presse béninoise du fait de contraintes financières et la confusion récurrente entre le premier et le compte rendu. Ce projet vient donc à juste titre, se réjouit-elle. Ce document numérique à importance indéniable possède un contenu adéquat, il permettra de perpétuer la formation et le renforcement des capacités des acteurs des médias. Elle « offre une autonomisation et une responsabilisation de tout acteur engagé avec plusieurs pôles de valeurs : la convivialité connue aux Tic, l’accès libre de l’acteur où qu’il se trouve, la flexibilité, le rythme d’apprentissage (chaque acteur apprend et va aux informations à son rythme), la planification du temps d’apprentissage et la réduction des risques sécuritaires liés au trafic », a-t-elle salué.
Sylvia Hartleif, ambassadrice de l’Union européenne, présente à ces travaux, a justifié le soutien financier de l’institution qu’elle représente, par l’attachement aux valeurs de la démocratie et la bonne gouvernance. L’Ue, a-t-elle souligné, espère ainsi venir en appui à tous les acteurs des médias pour les aider à jouer efficacement leur rôle d’accompagnement du bon fonctionnement de la démocratie et d’une société inclusive. Ayant répondu nombreux à l’invitation, les acteurs des médias n’ont pas déçu les attentes. Leurs interventions ont entre autres tourné autour de l’authentification des certificats qui seront générés par le système, la possibilité d’exercice pratique sur la plateforme, l’association des écoles agréés de formation au journalisme, l’assurance de la qualité des contenus proposés et la question de la spécialisation des journalistes.
Landry SOKEGBE (stg)





Dans la même rubrique