Formations et recherches universitaires : Laaed souffle sa première bougie

Isac A. YAÏ 23 janvier 2019

Le Laboratoire d’Anthropologie appliquée et d’éducation au développement durable (Laaed) a célébré le samedi dernier au restaurant JacPot à Abomey-Calvi sa première année d’existence dans le monde de la recherche universitaire. Ainsi, professeurs, docteurs, doctorants et autres se sont retrouvés hors de leur cadre habituel de travail pour célébrer les fruits de leurs efforts collectifs. Pour les professeurs Monique Ouassa Kouaro et Mohamed Abdou, respectivement Directrice scientifique et secrétaire scientique de Laaed, en un an, ce laboratoire rattaché au département de sociologie anthropologie de la Faculté des sciences humaines et sociales (Fashs) a fait beaucoup de choses. « Il intervient dans l’anthropologie appliquée, dans l’environnement, l’éducation, la gouvernance participative. Plusieurs sorties de terrain ont été effectuées, des recherches sur les pagnes ont été faites, des articles scientifiques ont été rédigés, des formations pour le renforcement de capacités des doctorants ont été organisées… Le Laaed a aussi co-organisé un colloque international sur "société, maladie ethnomédecine et guérison en Afrique" », a précisé la Directrice scientifique. Etant déjà sur le bon chemin, le Laaed ne compte pas baisser les bras. Au contraire, il compte faire davantage pour mériter sa place dans le monde de la recherche universitaire. D’où, la planification de plusieurs projets à exécuter pour cette année. « Nous comptons organiser un colloque sur le leadership féminin et la promotion des objectifs du développement durable en Afrique francophone du 6 au 8 mars. Ce colloque est organisé pour apporter une touche particulière à l’amélioration des conditions des femmes et à la visibilité de leur travail. Durant ces 48h, le Bénin sera le carrefour de la promotion des femmes. Des sorties de terrain seront aussi effectuées pour analyser "la précarité des emplois et la dynamique migratoire autour des sites aurifères de l’Atacora au Bénin : quelles perspectives pour l’emploi durable des jeunes". Une autre sortie sera consacrée à la "Jeunesse, migration et culture du coton dans les départements du Borgou et de l’Alibori au Bénin : enjeu identitaire et défis pour un développement humain durable" », a indiqué le professeur Monique Ouassa Kouaro. A l’en croire, ces thématiques ont été choisies car, la jeunesse est le fer de lance de la société, mais elle est confrontée au problème du chômage et de la précarité de l’emploi. « En tant que chercheur, nous nous sommes intéressés à ces thématiques. Les résultats de nos recherches seront soumis aux autorités car, il leur revient de prendre la décision », a-t-elle conclu.





Dans la même rubrique