Forum Education, Compétences et Métiers à l’Uac : Le développement des compétences chez les apprenants au cœur d’un atelier de réflexion

25 novembre 2022

« Comment développer les compétences professionnelles chez les apprenants au cours de leur cursus universitaire ? ». C’est le thème autour duquel les réflexions ont été menées ce jeudi 24 novembre 2022, dans l’amphithéâtre Idriss Deby, à la suite de la communication de Benoît Koutinhouin, Directeur du Centre de pédagogie universitaire d’assurance qualité (Cpuaq). C’est dans le cadre de la deuxième journée de la première édition du forum éducation, compétences et métiers. Dans sa communication à l’endroit du personnel enseignant, l’expert en assurance et qualité n’est pas passé par quatre chemins pour éclairer les lanternes. En effet, depuis les années 1970, la question de l’inadéquation formation-emploi ne cesse de constituer un objet de préoccupation pour les pays. Et là-dessus, le communicateur a été direct. « On ne forme pas pour former », a-t-il clamé. Selon son explication, on forme pour répondre à des besoins. Le préalable est donc de chercher à identifier les besoins du marché. Ensuite, la formation sera définie en adéquation avec les besoins de ce marché. Ainsi, « vous êtes sûr que les apprenants que vous formez vont pouvoir répondre aux besoins du marché, donc ne vont pas chômer », a clarifié le Directeur du Cpuaq.

Identifiant le problème, il pointe du doigt l’élaboration des curricula de formation. « C’est ce que l’OIF a compris, et a demandé l’élaboration des documents curriculaires », a-t-il laissé entendre. D’ailleurs à ce propos, les entités de l’Uac sont déjà instruites et le travail a commencé. De ce fait, à partir de cette nouvelle approche, l’enseignant devrait aider l’apprenant à développer des compétences. L’aider se résume à mettre à sa disposition des ressources appropriées, qui puissent l’amener à agir, car soutient-il, lorsqu’on parle de compétences, c’est l’action, et quand on parle d’action ce n’est pas une action de répétition. « L’apprenant que vous formez de cette manière, vous êtes sûr que dans la vie active, il doit pouvoir se défendre », a-t-il confié, avant de rappeler que le système LMD en vogue dans les pays anglo-saxons peine à se développer au Bénin, parce que l’accompagnement a manqué. « Pour le développement des compétences, il faut des ressources, aussi bien humaines, matérielles que financières. Ce que nos Etats n’ont pas encore compris », a-t-il déploré.
En conclusion, l’expert pense que l’approche par compétences est la seule approche d’élaboration du Curriculum, capable de développer des compétences chez les apprenants au cours de leur cursus universitaire. Toutefois, pour encourager l’auto emploi, il va falloir introduire dans l’offre de formation, des compétences d’entrepreneuriat qui leur permettront d’élaborer des projets rentables qu’ils pourront défendre à la fin de leur cursus universitaire. « D’où l’importance des accords de partenariat avec des centres incubateurs pour le dernier semestre de formation ».
Arsène AZIZAHO (Coll)





Dans la même rubrique