Gestion des inondations et sécheresses dans le bassin de la Volta : Les cartes des risques pour les scénarios climatiques au cœur d’un atelier national

Patrice SOKEGBE 28 avril 2022


Dans le but d’assurer un développement socio-économique durable dans le bassin de la Volta, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) et le Partenariat Mondial de l’Eau en Afrique de l’Ouest (GWP-AO) ont tenu le mardi 26 avril 2022 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou l’atelier national sur le profil de risque pour les inondations et les sécheresses dans le bassin de la Volta. Ceci, dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et de l’alerte rapide pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta (VFDM) » en collaboration avec les six Etats de l’Autorité du Bassin de la Volta sur financement du Fonds d’Adaptation. Pour le représentant du ministre de l’Eau et des Mines, Jean-Pierre Fiogbé, cette rencontre vise à améliorer la connaissance des parties prenantes au niveau national sur les risques d’inondations et de sécheresses dans le bassin de la Volta à travers les cartes des risques développées pour les scénarios climatiques considérés ainsi que la participation et l’engagement des parties prenantes à l’évaluation et à la modélisation des risques d’inondations et de sécheresses dans le bassin de la Volta. « L’atelier servira également de cadre pour formuler des recommandations pour l’élaboration des politiques qui tiennent compte des risques et des messages clés pour l’élaboration d’un plan d’actions pour la prévention des risques d’inondation et de sécheresse dans le bassin de la Volta », a-t-il ajouté. A ce sujet, cette formation est assurée par la Fondation Cima dont la représentante Anna Mapelli a promis donner le maximum pour une meilleure connaissance des profils des risques.
Depuis quelques décennies, la planète terre toute entière, est assujettie aux frasques du changement climatique, qui se manifeste généralement selon les régions, par les vents violents, les inondations, la sécheresse, les tsunamis ou par les cyclones. Ces catastrophes naturelles, notamment les épisodes d’inondations et de sécheresse combinés à d’autres défis majeurs tels la dégradation environnementale significative du bassin, exacerbée par les effets de la variabilité et du changement climatique, constituent les véritables problématiques qui se manifestent et menacent dangereusement les ressources en eau, les écosystèmes connexes, le développement socio-économique et l’épanouissement des populations riveraines du bassin de la Volta. « En 2010, en ce qui concerne les inondations, c’était près de 45 morts, 688 personnes affectées, 250.000 personnes sans abri, 55.000 maisons endommagées, 455 établissements et 92 centres de santé détruits totalement », a précisé le Directeur Exécutif adjoint de l’Autorité du Bassin de la Volta, Dr Millogo Dibi pour montrer les dégâts de ces catastrophes sur le quotidien des populations. Il a en outre appelé les participants à l’assiduité et une participation active aux débats.





Dans la même rubrique