Gestion du coronavirus au Bénin : envisager la levée du cordon sanitaire

Isac A. YAÏ 30 avril 2020

A l’instar des autres pays du monde, le Coronavirus sévit au Bénin depuis plus d’un mois. Pour éviter la propagation de ce virus sur le territoire national, un cordon sanitaire a été mis en place afin d’isoler certaines communes du sud jugées à risque du reste du pays. Cette décision prise par le gouvernement coupe ainsi en deux le Bénin : une partie jugée saine et une potentiellement exposée au virus. De 10 communes au départ, ce cordon sanitaire concerne actuellement 12 communes.
Mais cela n’a pas empêché la propagation progressive du virus. Ainsi, les chiffres officiels font état de 65 personnes infectés et 33 guéries au Bénin. Et ce chiffre peut grimper à tout moment. Cette propagation s’est même faite hors du cordon sanitaire avec un cas enregistré à Parakou dans le septentrion il y trois jours. Le cordon sanitaire, quand bien-même important, n’a pas pu freiner la progression du virus. Prévu pour prendre fin le 27 avril dernier, le gouvernement a prorogé la mise en place de ce cordon jusqu’au 10 mai prochain. Donc, si tout va bien, dans 10 jours, le cordon sanitaire sera levé.
Au lieu de proroger à nouveau ce cordon sanitaire, le gouvernement devrait penser à sa levée. Car, depuis le 28 avril, le port de masque est rendu obligatoire sur toute l’étendue du territoire national. Il faut donc sensibiliser les populations au respect des gestes barrières à savoir : se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon et la distance sociale d’au moins un mètre entre les individus. En plus de ces gestes barrières, le gouvernement doit sensibiliser au respect du protocole thérapeutique dont le schéma a été rendu public le 29 avril 2020 par le Directeur national de la santé publique. Bref, le gouvernement doit rendre responsables les populations pour que la levée du cordon sanitaire ne laisse place à l’incivisme et aux comportements à risque. Actuellement, ce cordon sanitaire est souvent contourné par les populations dans l’exercice de leurs activités et autres.
De plus, certains apprenants en congé hors du cordon sanitaire devront faire leur retour pour la reprise des cours le 11 mai prochain. On ne peut donc pas empêcher ce retour au nom du cordon sanitaire. De plus, à la reprise des cours, certains apprenants feront des migrations pendulaires car, ayant leurs domiciles hors du cordon sanitaire et leurs écoles dans le cordon sanitaire. Ces genres de mouvements ne peuvent pas être empêchés. Au lieu donc de forcer indirectement les populations à prendre des risques à vouloir contourner quotidiennement le cordon sanitaire, le gouvernement ferait mieux d’opter pour sa levée et de mettre l’accent sur le respect des gestes barrières et des comportements responsables.





Dans la même rubrique