Harcèlement sexuel dans les médias : Talon tient une séance avec les responsables de l'ORTB et Angela Kpéidja

Isac A. YAÏ 6 mai 2020

suite à la dénonciation du harcèlement sexuel dont serait victime la journaliste Angela Kpéidja à l’Office de Radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB), Le président de la République Patrice Talon a eu une séance de travail ce jour avec les responsables de l’ORTB, en présence de son ministre de la communication et de Angela Kpéidja. Cette séance montre que le chef de l’Etat a suivi de près l’évolution de la situation et n’est pas resté indifférente.

A l’issue l’issue de cette séance, Patrice Talon a fait une déclaration

Message du Président de la République
J’ai tenu, ce mardi 5 mai 2020, une séance de travail avec les responsables de l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (ORTB), certains membres de mon Gouvernement dont le Ministre de la Communication et Mme Angela KPEIDJA suite à sa dénonciation de faits graves dont elle aurait été victime.

Je me suis intéressé au sujet, convaincu que de nombreuses femmes béninoises, dans le cadre de leur travail, peuvent être sujettes à ces pratiques répréhensibles. En effet, dans la société moderne que s’emploie à bâtir au quotidien notre Gouvernement avec l’ensemble du peuple béninois, les pratiques liées aux harcèlements, aux violences basées sur le genre, ne doivent pas avoir droit de cité et ne doivent pas rester impunies.

Nous devons offrir les conditions idoines aux victimes afin qu’elles puissent se faire entendre, dénoncer leurs bourreaux pour que justice leur soit faite. C’est pourquoi le Gouvernement ne manquera pas d’engager des actions hardies en vue d’assurer une meilleure protection aux femmes afin de les encourager à briser la loi de l’omerta.

Aux responsables de l’ORTB, notre service public de l’audiovisuel, j’ai demandé de tout mettre en œuvre pour que les faits allégués, qu’ils soient fondés ou non (ce qu’il appartiendra à la justice d’établir), n’aient pas droit de cité. Cela est valable pour cet office comme pour l’ensemble des administrations publiques et privées de notre pays.

D’ores et déjà, j’ai la conviction que l’acte posé par Mme Angela KPEIDJA sera le déclencheur d’une aube nouvelle pour faire en sorte que les victimes d’abus à caractère sexuel soient mieux protégées dans notre pays.





Dans la même rubrique