Intervention des soldats américains, belges et français à Kandi et Matéri : Du renfort pour le Bénin contre les terroristes

Adrien TCHOMAKOU 13 octobre 2022

L’intégrité du territoire béninois est menacée et il urge de parer au plus pressé. Une intervention urgente pour arrêter la saignée s’impose et oblige les autorités gouvernementales du Bénin à prendre des solutions hardies. C’est ce qui explique la présence musclée des militaires américains, belges et français au Nord du Bénin depuis quelques jours. Ceux-ci partagent leurs expériences avec des militaires béninois aptes à affronter l’ennemi.

L’alerte est maximale et la situation est sous contrôle. Mais les signaux demeurent au rouge dans la « zone rouge » au Nord du Bénin. Les forces de défense et de sécurité ont lancé un assaut contre les assaillants qui troublent la quiétude des populations de Kandi et de Matéri, deux communes dans les départements de l’Alibori et de l’Atacora. Avec le soutien indéfectible des militaires américains, belges et français, les forces armées béninoises sont plus que jamais déterminées à en découdre avec les terroristes recherchés et traqués jusque dans leur dernier retranchement. Ces assaillants n’ont plus droit de cité en République du Bénin. « Nous sommes plus que jamais déterminés à en finir avec les Djihadistes, les terroristes. Avec la volonté politique de son excellence Patrice Talon, Chef de l’Etat, Chef Suprême des armées, nous recevons des formations militaires approfondies pour être au top niveau face aux affres de l’ennemi », relate un haut gradé de l’armée béninoise qui a requis l’anonymat. Selon ses propos, la lutte contre le terrorisme est l’affaire de tous. Ainsi, il salue la main tendue du gouvernement béninois aux autres forces militaires des pays de la sous-région et de l’occident. En effet, en matière de renforcement des capacités des troupes béninoises, l’Etat privilégie la voie du multilatéralisme qui permet de solliciter plusieurs expertises de pays différents. C’est dans cette logique que le Bénin a entrepris des discussions avec des pays africains comme le Niger, le Burkina Faso et le Rwanda en vue de la conclusion d’accords de coopération militaire. Pour Lookman Sourou A. de l’armée béninoise, les forces étrangères sont au Bénin pour renforcer les capacités opérationnelles et tactiques des militaires béninois dans la lutte contre le terrorisme. « La France, les USA et la Belgique sont militairement présents au Bénin pour des formations adéquates au profit de nous les militaires », a-t-il avoué. Pour le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, les Forces de défense et de sécurité béninoises sont appuyées par la France mais aussi les Etats-Unis d’Amérique. Dans ce cadre, explique-t-il, des militaires français sont à Kandi. Mais, précise-t-il, ça n’a rien à voir avec l’installation d’une base militaire française. Il s’agit des instructeurs venus renforcer les capacités des soldats béninois dans la lutte contre le terrorisme, affirme le porte-parole du gouvernement. Pour lui, ces militaires ont déjà assuré des formations dans l’Atacora avant d’arriver dans l’Alibori.

Des Belges, Français et Américains forment des soldats béninois
Opérations d’intervention en zones urbaines. Tel est le thème de la formation militaire qui se déroule au Nord du Bénin en faveur de nos soldats militaires. A cet effet, actuellement des soldats américains forment les militaires béninois aux « opérations d’intervention en zones urbaines », annonce le porte-parole du gouvernement Wilfried Léandre Houngbédji pour qui, il y a aussi des soldats belges qui assurent une formation aux éléments de la Garde nationale, « en vue de les aguerrir à la bonne gestion des opérations spéciales ». Selon la hiérarchie militaire, ces différents modules de formations sont venus à point nommé. ‘’ En tant qu’une unité spéciale de l’armée, la Garde nationale avait besoin de cette formation pour être plus forte ‘’, pense un commandant de ladite unité.
Parlant toujours des formations militaires, le général Bruno Baratz, nouveau commandant de la force Barkhane et Étienne Du Peyroux, commandant des éléments français au Sénégal étaient au Bénin les mardi 4 et mercredi 5 octobre 2022. Selon les informations de la Radio France internationale, les deux officiers français ont rencontré le ministre béninois de la défense, le patron de l’armée de terre et le numéro deux du cabinet militaire du président Patrice Talon, deux mois après le passage du Président Français Emmanuel Macron au Bénin. Lors de leur tête-à-tête, ils ont expliqué aux autorités béninoises, la nouvelle philosophie des partenariats défense de l’armée française. Des partenariats qui seront désormais axés sur le soutien et l’accompagnement. De façon précise, ils seront consacrés à la formation, à l’appui aérien et aux renseignements. Les généraux Baratz et du Peyroux ont visité la garnison du 7e bataillon de l’armée béninoise. A ce lieu situé à 628 km au Nord de Cotonou, une quarantaine d’instructeurs français forment des sections. A en croire Wilfried Léandre Houngbédji, tous ces soldats étrangers (français, américains ou belges), une fois les sessions de formation terminées, vont repartir dans leurs pays respectifs. Leur mission au Bénin consiste à transmettre l’expertise dans chacun des domaines visés en vue d’aider l’armée béninoise à mieux faire face à la menace terroriste.





Dans la même rubrique