JMS 2016 : La Giz engagée pour la protection et la réhabilitation des sols dégradés

Isac A. YAÏ 7 décembre 2016

La coopération allemande (Giz) a commémoré hier, à l’instar de la communauté internationale, la Journée mondiale des sols (Jms 2016). A l’occasion, elle a organisé une conférence nationale qui a réuni au Novotel hôtel de Cotonou, dans le cadre du projet Protection et réhabilitation des sols pour améliorer la sécurité alimentaire (ProSol), des acteurs politiques, des universitaires, des chercheurs et autres intervenants dans la chaine de production agricole. A en croire Andréas König, Directeur résident de la Giz, cette journée met l’accent sur l’importance et l’utilité des sols qui sont le support des cultures, des habitations et les réceptacles des ressources en eau. Vu leur importance, il convient donc de protéger les sols, a renchéri Françoise Assogba, Directrice de cabinet du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Pour elle, la gestion durable des sols doit être la préoccupation première de toute politique agricole. Raison pour laquelle, il faut sensibiliser les populations à éviter les pratiques qui dégradent les sols. Selon Françoise Assogba, l’objectif poursuivi à travers cette conférence est la mise en œuvre des approches durables de protection et de réhabilitation des sols qui constituent une ressource non renouvelable et non extensible.
En effet, 2016 est déclarée « année internationale des légumineuses », et pour rester collé à cette actualité, il a été établi le lien entre les sols et les légumineuses qui agissent comme de l’engrais vert. Elles enrichissent le sol en azote et phosphate par des bactéries. D’où le thème de la Jms 2016 : « Sols et légumineuses ». Les fruits de recherches sur plusieurs thématiques seront débattus au cours de ces assises. Il s’agit notamment de : capitalisation des travaux de recherches et d’innovations de gestion intégrée de fertilité des sols au Bénin, état de fertilité des sols des départements du Borgou et de l’Alibori au Bénin sous différents types d’utilisation, l’économie de la Dégradation des terres à Bantè ou à Banikoara.
En effet, l’objectif du programme ProSol est d’aider les pays partenaires à savoir le Bénin, le Burkina Faso, l’Ethiopie, l’Inde et le Kenya, à appliquer à grande échelle des approches éprouvées de protection des sols et de réhabilitation de terres dégradées. En même temps , il doit contribuer à améliorer le cadre politique et à créer ainsi des incitations pour une exploitation durable des sols.





Dans la même rubrique