Journée d’orientation à Abomey et Bohicon : Alastaire Alinsato éclaire le choix des nouveaux bacheliers

Arnaud DOUMANHOUN 1er septembre 2020

Le Professeur Alastaire Alinsato et les cadres de la cité historique d’Abomey ont initié, à l’intention des nouveaux bacheliers du département, une journée d’orientation pour leur fournir assez d’informations sur les filières et les opportunités d’étude à l’université. C’était, le samedi 29 août dernier, au Lycée Houffon d’Abomey et au Lycée technique de Bohicon (Lyteb).

Sur plusieurs générations de bacheliers, on observe un taux de déperdition élevé d’étudiants qui parcourent les différents campus sans le moindre parchemin. C’est ce constat pas très reluisant qui a motivé le Pr. Alastaire Alinsato et le siens à organiser la présente journée au profit des jeunes qui viennent de décrocher le Bac. A l’en croire, cette séance d’orientation vise à éclairer les nouveaux bacheliers en les renseignant sur les opportunités et les filières qui s’offrent à eux afin de leur permettre de faire les meilleurs choix pour éviter de tomber dans les griffes de la déperdition « C’est une façon pour nous de témoigner notre gratitude à la communauté qui nous a vu grandir », a laissé entendre l’initiateur. Enseignant chercheur à la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg), le Pr. Alastaire Alinsato, après avoir évoqué les conséquences d’une mauvaise orientation due à la mauvaise perception et illusion que les bacheliers ont de l’université et les informations erronées qu’ils reçoivent le plus souvent de leurs parents ou de leurs amis mal renseignés, le conférencier a mis l’accent sur les erreurs qu’ils doivent éviter ou les perceptions à ne pas avoir. Il a recommandé à ses hôtes d’éviter de confier leur sort au hasard, à la chance ou à des choses qu’ils ne maîtrisent pas, d’éviter de penser qu’après leur formation ils seront recrutés par l’Etat. S’orienter vers des filières spécifiques pour être plus compétitif. Il leur a également conseillé d’envisager l’auto-emploi en élaborant leur projet de carrière professionnelle à la fin de formation et de savoir faire le lien entre ce qu’ils veulent faire et ce qu’ils peuvent faire. Partis de leur carrière envisagée et du type de Bac obtenu, Alain Houha, Karim Adido, Achille Gbéhou, Roland Ahouissou, tous de la délégation, ont tour à tour expliqué aux nouveaux bacheliers les choix qu’ils peuvent opérer. Par exemple les séries C, D, et F2 peuvent faire l’ingénierie, les mathématiques et la médecine. Ceux de la série A1 ou A2 peuvent s’inscrire dans les facultés de droit et autres. « Le marché existe mais la concurrence est rude. Donc il faut persévérer. Rien n’est facile, rien n’est impossible mais il faut être déterminé » a prévenu Alain Hounha. Les participants Fadilath Belo et Sokpanerin Gbédji sont satisfaits de l’initiative de leurs aînés.





Dans la même rubrique