Journée de l'enfant africain à la prison civile de Porto-Novo : Sèdami Médégan Fagla engagée pour le l’épanouissement des enfants

Moïse DOSSOUMOU 22 juin 2020

Sèdami Médégan Fagla au milieu des enfants de la prison civile de Porto-Novo sur initiative de la Fondation Zakari Djibril Sambaou. C’était à l’occasion de la journée de l’enfant africain célébré ce samedi 20 juin 2020 aux côtés d’autres personnalités dont le maire de Porto-Novo, Charlemagne Yankoty.

Elle s’est juré de porter encore davantage leurs causes. En participant à la célébration de la journée de l’enfant africain, Sèdami Médégan Fagla s’est exprimée sur un ton protecteur avec des mots d’encouragement et d’espoir. « Je me ferai votre défenseuse en tout temps et en tout lieu. Vous pouvez compter sur moi » a-t-elle affirmé. Pour ces enfants vivant avec leurs mères incarcérées ou détenus dans la prison civile de Porto-Novo, c’était un Week-end de bonheur. Avec l’honorable Sèdami Médégan Fagla et la Fondation Zakari Djibril Sambaou, ils ont oublié la grisaille de leur vie. « Pour les enfants du Bénin que j’ai vus ici et qui, pour la plupart, sont là par l’œuvre du destin, mon cœur de femme a tressailli, ma peine est grande et je me suis dit pourquoi ? », s’émeut la députée.

À cette occasion, elle s’est engagée à orienter ses prochaines actions vers l’amélioration des conditions de vie des enfants dans les milieux carcéraux. Son premier pas, a-t-elle laissé entendre, serait de concert avec la Fondation Zakari Djibril Sambaou, le plaidoyer auprès des institutions de la République. Dans ce contexte de covid-19, l’honorable Sèdami Médégan Fagla n’a pas pu serrer ces enfants dans ses bras. « Chers enfants, vous comptez pour la patrie. J’aurais tant aimé vous serrer individuellement dans mes bras mais les gestes de distanciation ne le permettent pas. Mon cœur le fait encore mieux », a-t-elle dit, tout en appelant les uns et les autres au respect strict des gestes barrières.





Dans la même rubrique