Journée mondiale des océans : L’appel de Martin Pépin Aina pour une meilleure gestion de l’environnement marin

Arnaud DOUMANHOUN 9 juin 2021

Le Directeur général de l’environnement et du climat (Dgec), Martin Pépin Aïna a présidé le lancement des activités marquant la commémoration de la journée mondiale des océans sur le thème : « Océan, vie et moyens de subsistance ». C’était dans la matinée du mardi 8 juin à Cotonou, à la plage de Tokplégbé.

L’Homme a besoin de l’océan pour vivre. « Les activités démarrent par la sensibilisation de la population, le nettoyage de la plage afin de susciter l’envie d’adopter des comportements écocitoyens pour une meilleure gestion de notre environnement marin ». Une introduction qui va permettre au Directeur général de l’environnement et du climat (Dgec), Martin Pépin Aïna d’interpeller les chercheurs, universitaires, océanologues, les cadres et cie qui ont une grande responsabilité dans le déploiement d’actions visant la protection de cet écosystème. « Je voudrais vous inviter à réfléchir en cette journée sur comment mettre en œuvre davantage l’action de protection de notre environnement marin, susceptible d’accélérer la restauration et la protection des côtes béninoises », a-t-il déclaré avant d’expliquer que « les actions peuvent porter sur le renforcement de la coopération internationale en matière de recherche océanologique, la mobilisation de partenaires technique et financier, l’appui aux recherches scientifiques afin d’être en phase avec le nouveau défi lancé par les Nations Unies à savoir, les sciences océanologiques au service du développement durable d’ici 2030 ».
La journée mondiale des océans est instituée par l’Assemblée des Nations Unies en 1992. Elle vise a rappelé le rôle important que les océans jouent dans notre subsistance. Car, ils sont le véritable poumon de la planète. Ils fournissent la plupart de l’oxygène que nous respirons et constituent une source importante de nourriture et de médicaments.
A juste titre, le gouvernement béninois a mis en œuvre plusieurs actions à savoir l’adoption des lois relatives à la protection du littoral, à la pêche, à l’aquaculture, et à la réglementation des changements climatiques. Aussi, deux grands programmes sont dédiés à la protection à la préservation des côtes. Il s’agit du programme de protection de lutte contre l’érosion côtière et celui de la gestion du littoral ouest africain. Le Bénin a des aires marines de haute biodiversité qui jouent un rôle clé dans les processus écologique et biologique du milieu marin. « Mais malheureusement nous n’avons pas pris conscience assez tôt et les dégâts sont déjà là devant nous », a déploré le Dgec en ajoutant que grâce à l’appui financier et technique des partenaires, la tendance est en train d’être d’inversé. « Grace au budget national nous en train désormais de tourner la page. Ainsi nous avons identifié plusieurs aires marines protégées à savoir Togbin-Daho jusqu’à la bouche du roi à Grand Popo et Donatin. Et par rapport à ces sites qui ont été déjà caractérisés nous sommes actuellement en train de rédiger le décret portant création de ces aires ».
Il faut dire que cette journée qui offre à la Dgec l’occasion de sensibiliser la population sur la place fondamentale qu’occupe l’océan dans notre écosystème et sur les menaces auxquelles ils font face à cause des activités anthropiques marque également le début de la décennie des Nations Unies pour l’océan 2021-2030 qui porte sur les sciences océaniques au service du développement durablement durable. Un océan sain est un élément essentiel de la solution de la crise climatique.





Dans la même rubrique