Journée nationale de l’arbre et campagne de reboisement 2021-2022 : 12 500 plants à mettre en terre sur 5 ha à Abomey-Calavi

La rédaction 2 juin 2021

Le top officiel de la 37e édition de la Journée nationale de l’arbre a été donné à Abomey-Calavi, hier mardi 1er juin 2021. Couplées avec la Campagne nationale de reboisement 2021-2022, la cérémonie de lancement a été l’occasion pour les autorités de mettre en terre de milliers de plants sur le site de la Coopérative d’aménagement rural d’Ekpoé dans l’arrondissement de Kpanroun, Commune Abomey-Calavi. Acacia Auriculus formis, kayas senegalensis et quelques espèces autochtones… sont entre autres espèces mises en terre sur un domaine de cinq hectares, hier mardi 1er juin 2021, dans le cadre de la célébration de la 37e édition de la Journée nationale de l’arbre. Cette journée a été couplée avec la Campagne nationale de reboisement 2021-2022. Placée sous le thème : « Arbre et restauration des forêts pour le bien-être », toutes les personnalités présentes ont souligné l’intérêt de la journée pour l’écosystème et l’importance du reboisement pour l’environnement. Pour le maire Angelo Ahouandjinou, la Commune d’Abomey-Calavi s’honore d’abriter la célébration au plan national de la 37ème Journée nationale de l’arbre. « Je lis une parfaite adéquation du site choisi et le thème retenu pour permettre aux populations de planter assez d’arbres dans leur domaine respectif afin de créer et de restaurer les ressources forestières », a souligné le maire d’Abomey-Calavi. Il n’a pas occulté les aspects économiques et sanitaires des plants parlant du thème de la célébration. L’autorité communale a salué le choix porté sur sa Commune pour abriter les manifestations au plan national. Il a rassuré de la disponibilité de la Commune à jouer activement sa partition dans l’effort national d’accroître la superficie du couvert végétal et surtout d’entretenir l’existant. Procédant au lancement officiel de la journée, le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato a indiqué que le thème choisi tire son origine de la décennie 2021-2030 décrété par les Nations unies pour la restauration de l’écosystème. Pour le ministre, « Cette initiative de 1985 est bel et bien une initiative visionnaire. Elle portait en son sein une prémonition sur ce que nous vivons aujourd’hui en matière de dégradation de l’environnement et de tous ses corolaires », a-t-il soutenu avant de féliciter les eaux, forêts et chasses pour avoir permis aux gouvernants de garder dans la constance et dans la régularité ce flambeau allumé pour continuer de planter, d’entretenir, de convaincre et de communiquer malgré un développement de plus en plus difficile à contenir. Il est à rappeler que 12 500 plants sont à mettre en terre sur ces cinq hectares.





Dans la même rubrique