La vie académique pendant les congés prolongés : Les esprits dans les livres, la tête dans les écrans

La rédaction 22 avril 2020

En raison de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, le gouvernement a décidé de prolonger les congés du deuxième trimestre jusqu’au 10 mai 2020. A la maison pour un mois, certains élèves et étudiants profitent pour se mettre aux pas. Par contre, d’autres se laissent emporter par la paresse et les jeux.

Ce n’est pas encore les vacances scolaires, mais pour Arsène, Hyacinthe et leurs copains, cela en a tout l’air. Rencontrés ce lundi dans une des rues d’Akossavié à Hêvié, commune d’Abomey-Calavi, ces élèves en classe d’examen profitent de l’après-midi pour faire une partie de football. « Nous profitons de notre congé. Mais ça ne nous empêche pas d’apprendre », se défend Arsène, 15 ans. Mais la partie ne va pas durer pour longtemps encore. Ayant surpris cette séance de distraction, la maman à ce candidat intervient et siffle la fin de la récréation. « Vos cahiers vous attendent. Vous pensez que c’est déjà les vacances », fulmine-t-elle.
Ici, comme dans de nombreux quartiers parcourus dont Godomey, l’heure n’est véritablement pas à la concentration pour les écoliers, élèves et étudiants contraints de rester à la maison pour quelques semaines encore du fait de la pandémie du coronavirus. « Je ne fais rien d’extraordinaire de mes journées. Je suis là à jouer aux jeux vidéo. Je m’amuse avec les amis qui me rendent visite et vice versa. Je mange beaucoup maintenant. Je pense à mon examen mais je ne peux pas tous les jours apprendre. Je fais de mon mieux pour ne pas laisser place uniquement à l’amusement. En somme j’alterne cahiers et jeux », déclare Stéphane, élève en terminale à Cotonou.

Entre l’oisiveté et études
Certains, aux abords des rues se sont transformés en vendeurs, d’autres sont plus concentrés devant les écrans à longueur de journée. Rodolpho Atiogbé, étudiant en 1ère année de linguistique essaie de se forger un nouveau rythme de vie, en dehors des amphis. « J’essaie de tuer mon temps en m’agrippant à mon cahier. Je reste le maximum possible à la maison. Les matins après mon réveil, je me charge de faire mes travaux domestiques puis après rien de spécial. J’essaie de tuer mon temps en m’agrippant à mon cahier surtout le soir et après je me distrais de temps en temps. La musique et la visite de mes camarades me permettent aussi de lutter contre le stress », confie-t-il.
D’autres se laissent carrément emporter par l’oisiveté durant cette période d’isolement. « Je ne sais même pas quoi apprendre puisqu’on n’a pas cours. Après les petites tâches de la maison, je prends du plaisir avec mon téléphone », déclare Alphonsine Mahunou, étudiante en 1ère année en anglais.
Gladys Sonon, étudiante en 3e année de gestion à l’Enam tisse plutôt une seconde corde à son arc. En plus des études, elle s’est initiée à la couture. Au cours de ses congés, elle améliore son art. « Pendant cette période, je ne me plains pas trop. Mes clients viennent me voir et avec les frères et sœurs on passe une bonne journée chaque jour que Dieu fait. Je me contente de faire quelques coupes dans la journée, je dors beaucoup et je mange beaucoup. Il faut aussi mentionner que je suis un peu attachée à mon téléphone pour échanger un peu avec les amis que j’ai vus il y a longtemps », affirme-t-elle.

Des pressions à la reprise
Mais qu’ils soient écoliers, élèves ou étudiants, ces acteurs de l’école ont intérêt à plus s’accrocher aux cahiers. La pression à la reprise, probablement le 11 mai pourrait être intense. « Après cette période, il va y avoir les examens. C’est le dernier trimestre qui va commencer. Je crois qu’il vaut mieux que les parents les responsabilisent, fassent le point avec eux sur les différentes matières qu’ils ont eues au cours des deux premiers trimestres. Et qu’une autoévaluation se fasse par les élèves eux-mêmes », suggère Nazaire Sabadagbo, Inspecteur de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle à la retraite. Ce dernier n’exclut pas néanmoins les jeux. « Ils peuvent faire un petit emploi du temps chaque soir à table avec papa et maman, et le lendemain on déroule l’emploi temps. Le soir, les parents font le point avec eux pour qu’un autre emploi du temps se fasse. Ils peuvent jouer. Si on les confine rien qu’aux études, ça ne marchera pas. Il faut leur donner la possibilité de jouer un peu, individuellement », martèle Nazaire Sabadagbo. D’autres espèrent plutôt le démarrage des cours à la télévision nationale pour apprendre tout en ayant la tête dans les écrans.
Deltony LAMMANLYKPOSSE-YA (Stag)





Dans la même rubrique