Législation en faveur de l'agriculture au Bénin : Chabi Talata Zimé Yérima reçoit le plaidoyer de Patrice Séwadé de RENOVA

Karim O. ANONRIN 14 août 2019

La Première Vice-présidente de l’Assemblée nationale, au nom du bureau de l’institution, a reçu en audience ce mardi 13 août 2019 à son cabinet au Palais des gouverneurs à Porto-Novo, une délégation du Réseau National des Ongs de l’agriculture durable (RENOVA) conduite par son président, Patrice Sèwadé. Il était question pour ce dernier de venir plaider pour une nouvelle législation en faveur des organismes du secteur agricole au Bénin. « … Nous avons été reçus par le bureau de l’Assemblée nationale à travers la personne de la première Vice-présidente, le Directeur de cabinet assisté du secrétaire général administratif adjoint. Nous avons échangé sur l’évolution des réformes dans le secteur de l’agriculture. Nous avons profité pour faire quelques points de plaidoyer au Parlement, notamment sur les préoccupations des acteurs agricoles qui portent sur la loi d’orientation agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (LOASAN). Nous pensons que le gouvernement et le Parlement peuvent arriver à un moment donné à doter le Bénin de cette loi là et notre premier point c’est de plaider auprès du parlement pour qu’il initie une proposition de loi sur la LOASAN qui permettrait au secteur de l’agriculture d’avoir une boussole. Pendant longtemps, chaque gouvernant arrive et élabore les documents de stratégie qui lui permettent de fonctionner. Nous voulons qu’il y ait une stabilité à travers des documents constitutionnels. Le second élément que nous avons abordé avec le bureau du parlement concerne la loi sur les interprofessions. Vous connaissez l’Association Interprofessionnelle du Coton (AIC), une institution des acteurs qui existent, l’interprofession sur l’anacarde, l’interprofession des aviculteurs, etc. Dans d’autres professions il y a des interprofessions qui existent mais il n’y a pas trop d’encadrement juridique qui sécurise le vivre ensemble des familles d’acteurs. Et pour que le vivre ensemble des familles d’acteurs soient soutenu par des documents légaux, nous avons avec les acteurs du secteur de l’agriculture proposé qu’il y ait une loi sur l’interprofession. Et nous avons souhaité aussi que le Parlement initie des lois en cette direction là pour que le pays soit doté de la loi sur l’interprofession… », a déclaré Patrice Sèwadé. Toujours selon lui, la réponse de la Première Vice-présidente du Parlement, est prometteuse. « …La réponse a été très positive, parce que la composition de ceux qui nous ont reçus en audience le témoigne. Nous avons soumis à l’occasion un document qui résume tout cela, le document issu de tous les échanges que nous avons eus avec les acteurs donc des propositions. Nous pensons que cela reçoit un écho favorable parce qu’il s’agit de l’agriculture, de la nourriture et des populations qui les ont élus. Il faut faire quelque chose en direction de ces populations-là. Et nous pensons que cela pourrait se passer d’autant plus que dans ce nouveau parlement, nous avons plus de collègues agronomes et nous saurons compter sur leur disponibilité et leur contribution pour mieux regarder et bien approfondir la question pour que ces lois passent vite. Aussi le financement du secteur de l’agriculture dans le budget de l’Etat doit être revu pour que nous puissions atteindre les taux qui sont ratifiés au niveau international et dépasser les 12%.... », a ajouté Patrice Sèwadé.





Dans la même rubrique