Libération des espaces publics à Cotonou : Axe Dédokpo-Sogema, le calvaire

La rédaction 19 août 2021

Cinq jours déjà que l’axe 4 Thérapies-Station Lègba est fermé suite à l’opération de déguerpissement. Pourtant, il est question de libération des espaces publics. Cette fermeture incomprise a engendré depuis quelques jours un nouveau calvaire sur le tronçon carrefour Dédokpo-Sogema, pour les automobilistes et motocyclistes.

Il est 11h. Nous sommes au carrefour Dédokpo en direction du marché Dantokpa. A l’aller, la circulation est plus ou moins dense que d’habitude. Après 50 mètres, difficile aux engins de circuler librement. Les autos alignées à la queue leu leu comme une file d’attente. Les motos coincées, essayent de trouver des issues pour avancer. Trois, cinq, sept minutes déjà et l’on n’est pas encore au grand marché de Dantokpa. Après avoir traversé le pont, c’est maintenant que le pis commence. La circulation, ajoutée au bouchon habituel du marché fait attendre davantage ces nombreux conducteurs qui ne cessent de se plaindre. Un peu avant le carrefour Sogema, l’on aperçoit un groupe de Zemidjan stationnés devant les barrages de la police républicaine. Si leur stationnement empêche davantage la libre circulation, il faut comprendre de leurs discussions qu’ils ne sont pas d’accord avec cette mesure ‘‘démesurée’’ de la préfecture de Cotonou. « Le déguerpissement des bonnes dames nous concerne encore ? », lança un conducteur de moto. A l’en croire, la libération des espaces publics n’est pas synonyme de fermeture des voies. Pour les uns, il s’agit d’une mesure pourtant salvatrice qui entraine un autre problème. « Si le go-slow est un problème habituel au marché ici, il faut dire que celui-ci est délibérément une volonté de la police ou de la préfecture. Ça n’a pas de sens ! », a laissé entendre un revendeur ambulant du marché. Pour d’autres par contre, cette mesure temporaire serait pour la bonne cause. « Ils ont fermé la voie peut être pour s’assurer pendant un bon moment, que les revendeurs ne reviendront pas se réinstaller », affirme Alex, un usager du marché.
Alors qu’ils manifestent leur mécontentement par rapport à la fermeture de cet axe, les conducteurs et les usagers exigent une explication de cette mesure ajoutée à celle du déguerpissement. « Je ne suis pas contre la libération des espaces publics ; ça rend la tâche facile à plus d’un. Mais pourquoi ils vont fermer la voie ? On ne peut plus circuler librement ? », peut-on entendre des discussions du groupe de conducteurs stationné devant les barrages de la police. Face à ce calvaire que vivent les usagers du tronçon depuis cinq jours, les populations invitent les autorités à mettre de l’eau dans leur vin dans l’application des mesures prises pour la bonne cause des citoyens béninois, en l’occurrence des usagers du marché Dantokpa.
Arsène AZIZAHO (Stag.)





Dans la même rubrique