Lutte contre la corruption au Bénin : des magistrats formés

Isac A. YAÏ 11 novembre 2020

Renforcer les capacités des acteurs de la justice ordinaire sur les pratiques de corruption, les crimes économiques et leur répression. Tel est l’objectif de la formation qui se déroule depuis hier à Bénin royal hôtel de Cotonou. Initiée par Transparency international et Social Watch Bénin à travers le Programme d’appui à la lutte contre l’impunité et au renforcement de l’Etat de droit au Bénin (Palired) financé par l’Union européenne, cette série de formations réunit 70 magistrats des trois cours d’appel du Bénin.
Ayant pour thème « Le blanchiment de capitaux et les infractions sous-jacentes ainsi que les techniques d’enquête et les poursuites pénale », cette formation permettra d’outiller les participants sur les techniques d’enquêtes parallèles de blanchiment de capitaux en vue des poursuites, condamnations ainsi que des mesures efficaces de confiscation des actifs criminels. « En adoptant en conseil des ministres en novembre 2016 le rapport de l’évaluation du système national d’intégrité (Sni) et son plan d’action comme cadre stratégique de lutte contre la corruption et de promotion de l’intégrité dans tous les secteurs de la vie socioéconomique et politique de notre pays, le gouvernement s’était engagé spécifiquement pour le renforcement de la chaîne pénale de lutte contre la corruption, la poursuite de l’instruction de tous les dossiers de corruption et autres infractions connexes transmis à la justice, ainsi que la répression systématique des actes de corruption », a fait savoir le secrétaire général du ministère de la justice.
Pour Victor Gbèdo, Vice-président de Social Watch Bénin, les menaces que fait peser le blanchiment de capitaux sur la croissance économique, la justice sociale et la sécurité publique, appellent d’une part, un renforcement adéquat des ressources judiciaires, et d’autre part, une collaboration étroite entre les professionnels de la justice et les acteurs de la lutte contre la corruption afin de contenir les effets de ce phénomène. « C’est ce qu’espère le Palired en initiant cette série de renforcement de capacités des acteurs de la justice ordinaire sur les pratiques de corruption et leur répression. Ainsi, La justice béninoise sera davantage efficace dans la lutte contre la corruption et les crimes économiques », a-t-il conclu





Dans la même rubrique