Lutte contre la fraude douanière au Bénin : Plus de 406 cartons de boissons arraisonnés à Ouidah

Adrien TCHOMAKOU 10 avril 2019

Le Service d’Intervention Rapide de la Douane Atlantique Littoral a intercepté sur le lac Ahémé une cargaison de marchandises qui allaient frauduleusement vers Ouidah. C’est le commandant de cette unité, Marcellin Laourou qui a donné l’alerte et les éléments du commissaire de Djègbadji à Ouidah lui ont prêté main forte. Cet exploit inédit est donc le fruit d’une synergie d’actions entre ces deux forces.
406 cartons et 33 bouteilles de boissons. Tel est le nombre total des différentes liqueurs arraisonnées, fruit du désir des commerçants à contourner les taxes telles que prévues par les dispositions douanières. D’après les explications du commandant de la douane Marcellin Laourou, les fraudeurs ont opté pour la voie de la facilité mais ils se trompent. « Etant donné qu’il y a des réformes douanières en cours, ils ont préféré contourner le poste des douanes tout en pensant qu’ils pouvaient décharger lesdits produits. Malheureusement pour eux, la Police était déjà informée », explique-t-il. Satisfait de la prompte intervention des forces de l’ordre, Marcellin Laourou n’a pas manqué de témoigner toute sa reconnaissance à l’équipe du commissaire de Djègbadji. A l’en croire, partout où passeront les contrevenants, aucune chance de réussite ne leur est possible, car, insiste-t-il, la voie la mieux indiquée est le respect des textes douaniers. « A ceux qui ne veulent pas remplir les formalités, vous ne devez pas prêter attention aux vendeurs d’illusion qui vous promettent de contourner la douane. C’est vrai qu’il y a des réformes mais elles sont accompagnées de mesures atténuantes. Il y a beaucoup de produits que le gouvernement a accepté de mettre en consommation par le biais de la valeur consensuelle. Ce n’est donc plus la peine de contourner les postes de douane », a-t-il adressé aux contrebandiers qui tapissent encore dans l’ombre avant de préciser que si les taxes avaient été appliquées aux produits arraisonnés, « l’intéressé allait payer environ 4 millions. Mais avec la sanction, il payera près de 40 millions ». Le Service d’Intervention Rapide de la douane Atlantique-Littoral, fort des défis à relever pour rendre plus dynamique l’institution douanière, est décidé à lutter efficacement contre la contrebande qui a pour corollaires la concurrence déloyale ainsi que des manques à gagner pour l’Etat.





Dans la même rubrique