Marc Akponou, sage du quartier Fiyégnon 1 : « Talon ne peut pas nous jeter avec l’eau de bain à Fiyégnon 1 »

Adrien TCHOMAKOU 15 juillet 2021

Marc Akponou, Sage du quartier Fiyégnon 1 appelle Patrice Talon au secours suite au communiqué conjoint de deux ministres du gouvernement exigeant que les populations de Fiyégnon 1 libèrent ce quartier de Cotonou avant le 1er septembre au plus tard. Il estime qu’on ne jette pas le bébé avec l’eau de bain et que le Chef de l’Etat doit les écouter.

Faites-nous une brève description de la situation
Si vous vous êtes présentés à nous, c’est parce qu’il y a une situation. Un communiqué cosigné par deux ministres du gouvernement qui donne un mois à la population de Fiyégnon 1 de quitter les lieux. C’est un domaine sur lequel 624 personnes sont recasées. En termes de populations, il faut compter plus de 3.000 personnes. On donne un mois à tous ceux-là pour vider les lieux. Et pour cause, on dit que ces gens ont occupé un domaine illégal ou non approuvé.

Quelle est votre position en tant qu’habitant et sage du quartier ?
Je crois que les autorités ne sont pas bien informées ou que les collaborateurs n’ont pas voulu les éclairer ou encore les collaborateurs veulent les conduire à prendre une décision impopulaire. On ne peut pas parler de lotissement non approuvé ici. Ce lotissement a été initié par le Ministère de l’intérieur à travers la Commission Nationale des Affaires Domaniales (Cenad). Et ce, depuis l’an 2000.
Sur instruction du Chef de l’Etat d’alors, et après constat, il a été décidé de les maintenir à cet endroit. Cette décision a été corroborée par des documents signés par le Ministre ou par dérogation par le Directeur de Cabinet. Nous avons tous ces documents qui reconnaissent l’authenticité de ce lotissement. Donc, on ne peut pas parler de lotissement non approuvé. Même si c’était le cas, ils ne sont pas allés à la fin dans le communiqué, parce que le lotissement dont on parle quitte l’aéroport et traverse la voie c’est-à-dire le carrefour Houenoussou jusqu’à Céline Hôtel. Mais dans leur communiqué, le lotissement s’arrête seulement au premier carrefour c’est-à-dire « fin pavé ». Mais le communiqué n’a rien dit concernant l’autre côté de la voie. Si notre domaine est non approuvé, l’autre côté aussi est non approuvé. Parce qu’il n’y a pas deux lotissements à Fiyégnon 1. C’est le seul lotissement de Fiyégnon 1 qui a quitté l’aéroport jusqu’ à Céline Hôtel. Ceux qui sont recasés de l’autre côté comme ici ont les mêmes documents signés des mêmes autorités et c’est le même cabinet qui les a recasés.
On ne peut pas dire que notre domaine est non approuvé. Soit les autorités ayant rédigé ce communiqué ont fait économie de vérité, soit elles manquent d’informations, ou encore il y a de la précipitation dans la prise de décisions. Ce qui nous étonne beaucoup, c’est qu’on nous demande de vider les lieux. Alors qu’aucune autorité, et même la dernière sortie de l’Andf n’a jamais fait état de ce que les gens qui sont ici spécialement vont quitter. Il n’y a jamais eu brouille sur notre domaine. On n’a jamais appelé le Chef quartier, ni aucun sage pour leur signaler le problème. On ne nous a jamais invités quelque part pour dire qu’il y a un tel problème. Aucune autorité n’est descendue sur le terrain pour dire quoi que ce soit… Il n’y a pas eu du tout de contact. Mais curieusement, nous avons lu sur les réseaux sociaux un communiqué signé de deux ministres qui demandent de quitter dans 1 mois.
Jusqu’à l’heure où nous parlons, ce communiqué n’est parvenu à aucune autorité locale. Jusqu’à présent, ni le Maire, ni le CA ne nous a dit qu’ils ont reçu un tel communiqué. Donc, jusqu’ici nous considérons peut-être qu’il y a eu erreur. Nous avons décidé d’aller rencontrer les autorités et leur apporter des clarifications pour qu’elles comprennent mieux le dossier. Donc, on sait que quand on est responsable, il y a des collaborateurs qui volontairement n’aiment pas mettre à votre disposition les informations nécessaires. Nous considérons que c’est des choses qui peuvent arriver. Dès que nous serons à leur niveau, nous allons leur montrer leurs propres documents, les documents de l’administration. Suite à cela, elles vont comprendre que leurs collaborateurs les ont induites en erreur. Nous sommes là, nous n’avons pas à paniquer. Nous allons nous rapprocher de ces autorités pour leur apporter la bonne information, c’est-à-dire la réalité du terrain.

Vous avez rencontré le Chef quartier. Que vous a-t-il dit ?
Le chef quartier nous a demandé de nous calmer, de ne pas paniquer. Et que la décision est venue du Gouvernement dont le chef est Patrice TALON qui est le père de la nation. Nous sommes les fils de la nation, et un père ne renvoie jamais un enfant de sa maison. Et même si le père doit dire cette chambre, je veux l’occuper, il va demander à son enfant de rentrer dans une autre chambre. Mais un père ne demande pas à son enfant de se mettre dans la rue. Donc, il ne va pas nous jeter à la rue. Autrement dit, Talon ne peut pas nous jeter car, on ne jette pas le bébé avec l’eau de bain. Nous sommes conscients, et nous pensons que les gens n’ont pas certainement éclairé le chef de l’Etat. Quand il va accepter nous recevoir, nous allons lui apporter tout ce que ses collaborateurs ont fait dans ce dossier avant que nous en soyons là.

Etiez-vous informés que l’espace que vous occupez devrait être aménagé dans le cadre de la route des pêches ?
Selon toutes les rencontres que nous avons eues avec les autorités de la route des pêches, avec tous les ministres et même le Président Yayi Boni, il n’a jamais été question qu’on quitte ici un jour. La route des pêches ne passe pas par ici. Avant, elle devait passer par l’Hôtel Caraïbe et tomber sur Gondouana….Le document de la route des pêches validé à Grand-Popo en dit long. Dans tous les documents nous sommes maintenus. Après le conseil des ministres qui a réduit le titre foncier de 15.000 hectares à 3.000 hectares, le Dg Andf est monté au créneau pour préciser ceux qui doivent partir. Et donc, nous n’étions pas concernés. Il a indiqué que ceux qui sont à gauche de la route des pêches doivent partir. Mais ceux qui sont de la droite ne seront pas touchés. Il nous a même invité à venir maintenant remplir les formalités d’usage pour l’obtention de titre foncier.
Nous allons nous rapprocher des autorités avec les documents que nous avons et leur prouver que c’est un lotissement bien approuvé. Même si ce sont les autorités d’hier qui ont signé les documents de recasement de Fiyégnon 1 , c’est pourtant en ce moment qu’on a commencé. Et même si on n’a pas terminé jusqu’à ce jour, ce n’est pas une raison pour dire qu’ils ne sont pas approuvés.
Propos recueillis par Adrien TCHOMAKOU





Dans la même rubrique